Les imbéciles! – Encore un coup des publicitaires

Bonjour!

Ceci est une pub:

Des professionnels ont travaillé, ils ont brain-stormé, remue-méningé, …qu’ils disent en tout cas. On les a payés, plutôt cher à l’heure, c’est comme ça. Ils sont satisfaits d’eux-mêmes à hauteur du paiement: la relation entre leur auto-satisfaction et le prix qu’on les paie est simple, évidente, univoquement proportionnelle. Si on te paie cher, c’est que tu es bon, que ton produit est bon. Le plus marrant, et le moins moral, c’est que de toute façon, c’est l’acheteur final qui paie. Soit, ici, le pauvre qui aimerait bien se prendre un coup de pouce du destin.
La pub est une rage taxatoire infligée aux acheteurs. La pub est un impôt hors débat, inclus dans le prix. Quand t’achètes une poudre à lessiver, tu paies 10 pour-cent du prix en pub pour te convaincre toi-même d’acheter celle-là et pas une autre. Et cet impôt-ci ne finance aucun service collectif, il finance juste des bull-shit jobs, des jobs à la con.

On se demande ce qu’un drone militaire, cette nouvelle forme d’assassinat légal qui honore la démocratie, qui la représente désormais mondialement, merci Barack, tu resteras dans l’histoire comme le président des drones, c’est quoi la démocratie demande-t-on aux enfants du monde, et ils répondent en choeur: la démocratie, c’est les drones qui tirent depuis un ciel bleu et silencieux, tuent mon oncle, ma soeur, nos chèvres, les voisins, atomisent notre confiance dans l’avenir, tétanisent notre joie d’être nés et exténuent notre goût de la vie. Oui, on se demande ce que vient faire un drone militaire dans une pub de la Loterie nationale** belge et neuropénienne.

Eh bien, ouvrons les yeux. Ouvrons le champ. Voyons plus large. Qu’y a-t-il sous l’image:

 

Ah! Mais c’est bien sûr!
« Prenons de l’altitude! »
Enfourchons le drone!
Docteur Folamour? C’est nous, c’est moi, c’est vous!
Vive la bombe!
Profitons-en, c’est nous qui payons.

Et c’est nous qui pleurerons.

 

=========================

Notes:
** La Loterie nationale belge est une institution fédérale, un des rares trucs non régionalisés dans la fédéralisation bidon*** de l’État belge, un truc d’une utilité publique parfaitement évidente. Quand les riches ont des moyens certains et constants de s’enrichir, il est important de donner aux pauvres des moyens incertains et constants de rêver à s’enrichir. Le Lotto a été inventé au XIXème siècle par un Rothschild anglais pour financer l’achat d’oeuvres d’art par les musées. N’est-ce pas merveilleux? Des pauvres qui ne vont pas au musée financent les oeuvres d’art que vont voir des gens qui ne jouent pas au Lotto.
Aujourd’hui, la Loterie nationale belge est dirigée par un socialiste flamand, qui a reçu ce poste très stable et très rémunérateur pour services rendus dans un cabinet ministériel. Dans la Rome antique, on appelait ça peu ou prou un pro-consul. Que ce type soit socialiste et flamand ne fait pas problème: les trois vieux partis se partagent les postes selon une comptabilité sourcilleuse, qu’aucune dispute ne vient perturber, chaque tendance politique et linguistique s’entendant avec les autres sur l’essentiel, qui est un partage des gâteaux hors des médias et hors du débat public (ce dernier étant un objet falot et fort limité). S’ils s’engueulent sur ces sujets, c’est entre eux et à huis clos, tous bien d’accord sur cette indispensable discrétion. Avec un peu de chance, nous avons ici le prochain scandale Netfin & tutti quanti. Et il se dit que le parti ecolo se met tout doucement aux rateliers, lui qui est peuplé de gens qui n’ont jamais travaillé en-dehors du parti, et dont les élus goûtent depuis des décennies aux avantages de la représentation.
Pour en revenir au patron de la Loterie nationale belge, ce type adore le cyclisme. La Loterie nationale finance donc une équipe de course cycliste. Pouvons-nous dire que cette équipe est sa danseuse? En tous les cas, « monter en danseuse » est bien une figure de l’effort vélocipédique.
Ça roule!

*** Pourquoi la fédéralisation de l’Etat belge est-elle une fédéralisation bidon? C’est une chose qui demande quelques développements, mais qui a déjà fait ses preuves, ce qui est son but. En simplifié, le but a été de résoudre par la fragmentation la lutte sociale: quel bonheur! Les développements viendront sur Condroz belge un de ces jours, peut-être sont-ils déjà exposés quelque part sur le net ou en librairie. Je me demande ce qu’en dit le Crisp, hé hé. Tout le monde aime le Crisp, c’est bien cela son malheur. Dans une perspective marxienne (car je suis peut-être marxien, certainement pas marxiste), le bidon de la fédéralisation belge me paraît assez évident, cette fédéralisation s’étant faite par le haut, et pas autrement. La fédéralisation belge dite « réforme de l’Etat » s’est faite pour sauver l’existant et pour sauver la ‘classe’ des fédéralisateurs et de leurs soutiens.

**** « C’est bien du militaire » , m’écrit Eric Brasseur (http://www.ericbrasseur.org/), « du 100% militaire, uniquement militaire et du lourd. Du pesant qui tue. https://fr.wikipedia.org/wiki/MQ-1_Predator »

Ce contenu a été publié dans Les joies de la vie, Non classé, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les imbéciles! – Encore un coup des publicitaires

  1. Pierre dit :

    La pub c’est du harcèlement. Pur et dur.
    Mais vous ne pouvez pas porter plainte contre elle. C’est comme ça.
    Les jeux de hasard sont prévus pour que vous perdiez, pas pour que vous gagniez.

    Moi j’ai de la chance au jeu, mais je ne joue jamais.
    Le jeu de la vie je veux dire. Ou de la chance en argent à défaut d’en avoir en amour; ça compense.

    Bingo! Ils m’ont viré de la sécu. Hop dehors!
    Panique!
    Maintenant j’apprends aux Niçois à bosser un peu comme il faut (mon sang germanique ça), j’ai changé d’antidépresseur, par hasard, une bombe. Super!
    Je cours partout, no stress, j’ai donné.
    Mon père va me dépanner comme on dit, j’ai intérêt sinon je meurs.

    J’ai un peu dérivé de sujet, c’était pour parler d’un pays où je ne compte pas remettre les pieds, et je vis dans une ville où on dit : « Je m’en fous, je suis niçois ».

    Le soleil donne des ailes et la fortune sourit aux audacieux.
    Je n’ai pas de mérite, j’agis vite et d’instinct, comme les meilleurs joueurs, une sorte de don. J’aime bien.

    Voilà, Guy! Bon dimanche à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *