« La crise est finie », plaidoyer pour la pensée positive (1934)

 

Bonjour!

« La crise est finie » est le titre d’une chanson d’Albert Préjean en 1934.
L’optimisme, l’exubérance des acteurs économiques était alors typique de la période qui précède une crise. Voyez ce que dit un éminent dirigeant monétaire mondial quelques années plus tard, après le krach de 2008: « Je n’ai toujours pas compris pourquoi il y a eu cette crise. Bien sûr, si les faits le démontraient, je serais prêt à changer d’avis » (Alan Greenspan  à la minute 36:00 de cette émission de France-Culture.)

Peut-être ne parle-t-on de crise que pour les coups de tonnerre dans un ciel bleu. Si le ciel est gris depuis des années et que chacun désespère, quel est le mot?

*

 

Texte de la chanson:

On dit partout : Ça ne va pas
La crise par-ci, la crise par-là
On se plaint jour et nuit
On s’ lamente, on s’ennuie
La crise est la cause de tout
Même Crésus est sans le sou
Il gagne du cent pour cent
Mais s’ fait du mauvais sang
Il existe un moyen pourtant
D’être toujours content
C’est de croire que tout est mieux
Tout délicieux
Tout merveilleux
Et de chanter radieux

{Refrain:}
La crise est finie ! {x2}
Nous vivons dans l’âge d’or !
La crise est finie ! {x2}
Ah ! Crions-le bien fort !
On voit les jeunes et les vieux
Jusqu’aux bébés chanter joyeux
Tra lala lala
Et répéter en chœur
La crise est finie ! {x2}
Nous nageons dans l’ bonheur

On soupire, on dit : Autrefois
On était heureux comme des rois
La vie était pour rien
Et l’on vivait si bien
Le purotin comme le rentier
Se baladait toujours à pied
L’été, pour prendre le frais,
Dans l’ train, suait à peu d’ frais
Maintenant les p’tits comme les gros
Ne roulent qu’en auto
Dans les cercles, les casinos
L’or coule à flots
Rien n’est trop beau
Car, disons-le trop haut

{au Refrain}

Il faut toujours être optimiste
Ça vaut bien mieux que d’être triste
Pourquoi broyer du noir
Et perdre tout espoir ?
Le percepteur et ses impôts
Nous laissent tout juste la peau
Soyons joyeux et nus
Sans rentes ni revenus
Si l’on chôme pendant le jour
La nuit, on fait l’amour
On travaille au repeuplement
Et les amants
Bien gentiment
Redisent tendrement

{au Refrain}

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à « La crise est finie », plaidoyer pour la pensée positive (1934)

  1. Cleanthe dit :

    Le mot, Guy, un Etat, un Etat de chose …une manière de fait… A State of Affairs… La Crise comme Etat depuis l’Aube de l’Humanoïsme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *