C’est un droit !

Photo RTC – Belga

Bonjour,

Il était question chez Eddy Caekelbergs, lors de son émission quotidienne, « Face à l’info », ce mardi 28 février, des événements inédits survenus dimanche au siège de l’entreprise Meister de Sprimont.
Des « malabars » « surentraînés » , dixit Thierry Giet,
venus d’Allemagne où se trouve l’actuelle maison-mère, équipés de gilets pare-balles et de battes de base-ball, sont venus tenter d’emporter des camions et des pièces du stock.
La police, appelée par des salariés du site, se serait contentée de les reconduire à la frontière, sans les désarmer, en ne relevant l’identité que de deux sur une vingtaine, des têtes de cogneurs cinématographiques dont les photos figurent dans la presse.

Ô vertueuse Allemagne à l’angélique timonière: doucement ! – « Vertueuse », pas tueuse !

Le représentant du patronat wallon, présent à l’émission, a tenté, tout en déclarant que pareils actes ne pouvaient être acceptés, de dévier le débat vers les séquestrations de membres du management par des travailleurs. Cela se serait produit à quatre reprises en 2011. Sur ce point, le président faisant fonction du Parti Socialiste, Thierry Giet, l’a mouché fermement, et il n’a pas insisté. Il a été dit que la séquestration du patron chez Meister à Sprimont aurait consisté à le retenir deux heures de plus qu’il n’aurait voulu pour « négocier ».

À la radio, l’éminence patronale s’en est prise à ceux qui se plaisent à parler de violence quand une entreprise licencie, ferme ses portes, ou délocalise. « C’est peut-être dur, mais la vie est dure » , a-t-il ajouté, faisant écho à ce merveilleux aphorisme de la patronne du Medef français: «  Dans la vie, la santé est précaire, le bonheur est précaire, tout est précaire. Je ne vois pas pourquoi le travail ne serait pas précaire. » Le travail doit être précaire, et pas pour tout le monde, inutile de faire bac plus cinq pour le comprendre.
L’on voit à la profondeur de cette philosophie que les chefs d’entreprise méritent amplement leur place dans les débats de société ou sur l’enseignement, où ils ont fini par se faire considérer comme indispensables, sans qu’aucun participant, en particulier aucun journaliste, ne conteste leur participation. (Les démentis seront bienvenus!)

Je passe sur le fait que le patronal intervenant a longuement exprimé cette idée: le manque de docilité des travailleurs nuit à l’image de la région et fera fuir les investisseurs.
Pour le coup, il faut relever La Région! Pour cet objectif unanimiste, consensuel et patriotique, baisser la tête est le seul geste qui convienne à la force de travail.

L’humilité ou l’humiliation consentie des salariés devrait sauver une région où les possédants ont le droit sacré, le droit de « LA » propriété, de casser une entreprise performante sur l’autel de la rentabilité mondialisée.

J’ai surtout noté que l’éminence patronale à l’accent pesant s’est retranchée derrière l’affirmation que délocaliser, pour une entreprise, est un droit.

Intéressant! Nous approchons là d’un aspect central de la question sociale.

Le fait qu’un patron en soit à défendre la crudité de l’argument, montre qu’il a peu d’idéologie en réserve et qu’il approche d’une vérité, l’injustice foncière du régime – qui est aussi, sur un plan logique, la cause de l’enraiement bientôt dramatique de l’économie et de la société (démonstration prochaine en dix lignes, si je n’oublie pas, ou, pour les impatients, chaque jour en deux mille, sur le blog de Paul Jorion, avant la grande démonstration du réel…)

Malheureusement, ni le président Giet, ni la députée écolo bruxelloise, Zoé Genot, ni le secrétaire général de la FGTB wallonne, Thierry Bodson, ni le journaliste hôte de cette assemblée, aucune de ces personnes présentes sur le plateau n’a relevé que la prééminence du droit de propriété des moyens de vie du grand nombre, dévolu à quelques-uns, sur la plupart des autres droits, devrait à tout le moins être mise en débat, questionnée et encadrée juridiquement, sinon jugulée, supprimée, ou mise à cette place de variable d’ajustement que les économistes du sérail attribuent à la « main-d’oeuvre ». …Car, oui, il y a cette chienne de question humaine dans l’entreprise, rétive aux eaux glacées du calcul économique.

Malheureusement, personne n’a évoqué une violence systémique, intrinsèque au salariat, sur la réalité de laquelle les travailleurs en péril de licenciement, et leurs familles, ne se trompent pas une seconde.
Tout observateur pas totalement idiot, moi par exemple, ou vous qui me lisez, sait reconnaître dans l’affaire Meister un scénario mille fois joué depuis dix ou vingt ans, dans la robinetterie allemande, dans le décolletage en Haute-Savoie, sur le terrain de chasse de Bernard Tapie avant la case prison… : une entreprise performante aux métiers pointus se fait racheter, l’âge de la retraite venu pour le fondateur ou propriétaire, par un groupe international ou un fonds de pension, qui va extraire le savoir-faire, les machines éventuellement, les carnets de commande, la marque si elle a une valeur marchande, délocaliser le tout, et abandonner une structure dévitalisée à la faillite et aux plans sociaux plus ou moins à charge des pouvoirs publics du pays d’origine.

La banalité et la systématicité de ce processus sont parfaitement connues de chacun des intervenants dans cette émission – sauf peut-être du représentant patronal qui est bien obligé, pour survivre moralement, de cultiver l’art d’ignorer les pauvres (J. K. Galbraith), qui est l’art d’ignorer les causes de la pauvreté. Mais aucun n’en parle!


Que la liquidation de Meister soit légale, qu’elle soit « un droit », montre bien l’arriération de la démocratie représentative à bout de souffle et l’arriération de son droit napo-léonin.

Et que, malgré les invectives de « musculation » jetées par chaque camp à l’autre, la concertation sociale semble rester l’horizon indépassable, l’impératif catégorique et l’invariant anthropologique des gauches représentées par madame Genot et messieurs Giet et Bodson, laisse songeur.

Enfin, « songeur », c’est une façon de parler.
Nous ne le sommes guère
en ce point, il me semble. Nous savons faire deux plus deux.
« Ils vont regretter de nous avoir appris à lire! » , me dit un optimiste de mes amis.

…Eh bien, bonne journée!

Ce contenu a été publié dans Salariat, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à C’est un droit !

  1. Jean-Pierre L. Collignon dit :

    Cher Guy !

    Merci de m’avoir fait parvenir ton intervention, avec laquelle je suis entièrement d’accord, cela ne t’étonnera pas. Je l’ai dores et déjà « catapultée » sur FB à l’attention de mes « amis » et de leurs « amis ». Elle va donc faire son petit (grand ?) bonhomme de chemin un peu partout sur la toile voire même ailleurs encore !

    Salut et Fraternité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>