Le documentaire grec « Debtocracy »

 Affiche "Debtocracy"

« Debtocracy » est un documentaire d’une heure et quinze minutes, aux images efficaces et à la somptueuse bande-son. Il a été tourné en Grèce, où des dizaines de milliers de gens l’ont vu.
J’ai bien tenté d’y échapper, mais pas moyen. En voici une table des matières bien incomplète:

 

Comment se transmet la métaphore médicale de Papadopoulos le dictateur à Papandréou l’héritier, en passant par Dominique Strauss-Kahn et d’autres.
Comment de Dublin à Athènes la formule « On a tout dépensé ensemble » est brandie pour recouvrir « Ils ont vécu au-dessus de nos moyens » (Paul Jorion).
Comment la seule première année de remèdes du FMI fait exploser la pauvreté et le chômage, et affecte la santé publique.
Comment la justice grecque n’a pas été à la hauteur de l’affaire de corruption Siemens.
Comment le gouvernement de la vertu, pardon, le gouvernement allemand, a acquiescé à un premier train de mesures, sous conditions que les livraisons d’armement made in Deutschland se poursuivent.
Comment cela fait bondir Cohn-Bendit qui, en aimant protester contre l’immoralisme d’un capitalisme qu’il défend par ailleurs, s’assure pour l’éternité une niche de rebelle récompensé.
Comment définir une dette odieuse.
Comment l’Équateur a réalisé un audit de sa dette qui a conclu à l’illégitimité de celle-ci et comment Éric Toussaint et d’autres y ont travaillé pendant quatorze mois.
Comment l’Amérique de Bush itself  a décrété odieuse, sans dire le mot, la dette irakienne contractée sous Saddam Hussein, après d’autres cas historiques.
Comment Samir Amin, écartant d’un revers de la main la question « Les Grecs sont-ils paresseux? » au titre de racisme pur et simple, parle du reste.

*

Avec inévitablement des sujets non abordés, parmi lesquels la monétisation de la dette comme réponse à la crise du même nom, qui serait tout simplement la captation de la rente offerte par les USA et l’UE aux banques, avec suppression de l’intérêt sur la dette, à partir du moment où les banques centrales financeraient directement les États, à taux nul ou quasi nul.
Dans mon envoi précédent, Pierre Larrouturou en faisait une de ses principales propositions. Il oppose le 0,01% (si, un centième de pour-cent!) demandé par les EU aux banques « aidées »  et le 1% demandé par la Banque Centrale Européenne aux mêmes, lesquelles prêtent à leur tour à un taux entre 4 et 7 % aux États…
(Pour rappel, et pour  lever l’objection de l’obligation de modifier les traités européens, avec toutes les lenteurs et incertitudes que cela comporterait, Pierre Larrouturou ajoute que si le célèbre article 123 du traité de Lisbonne interdit cette mesure, la BCE peut prêter à la Banque Européenne d’Investissement, qui à son tour pourrait prêter aux Etats.)

*

Voici deux liens qui permettent de voir ce film en français sur Internet:

 

Ce contenu a été publié dans Démocratie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>