« Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part »

 

Centre fermé à Vottem, photo sanspapiers.skynetblogs.be

Je suis quand même une fois fier de mon pays !

On a un roi ruisselant de bons sentiments – enfin, çuilà je le compte pas, normalement un monarque ça n’existe pas en démocratie.

On a un pouvoir législatif fondu, dans la sagesse, comme le Maredsous, c’est écrit dans tous les livres pour la jeunesse et sur le couvercle du fromage.

On a un gouvernement bourré, comme le précédent, de membres et de membresses tous plus performants les uns que les autres, triés au grill impitoyable du suffrage universel. Le suffrage universel, il se tromper jamais, hein ?

Et bien sûr les électeurs, c’est clair, sont fichtrement à la hauteur. Un vrai gâteau sous la cerise !

Je suis quand même une fois fier de tout ce bazar.

… De temps en temps une nouvelle arrive sur les écrans.

Et alors tu vois un peu que deux mille ans d’écriture et de christianisme, deux cents ans de démocratie et de révolution industrielle, un siècle de conquêtes sociales, cinquante ans d’automobile et vingt ans de société
de la connaissance, tu vois un peu que ça te pose une fois fichtrement là la société des Belges, ça te montre une fois comment le goût du compromis, l’amour de la petitesse, la fierté du terroir, la crainte des débats, savent produire, fieu, d’exquises et humaines réponses aux défis de l’époque.

Encore ! Encore !

 

——– Message original ——–From : cracpe <cracpe@skynet.be> Sent :
Sun, 12 Oct 2008 19:03:51 +0200 Subject : communiqué : suicide
au centre fermé de Vottem
B.P. 165 Liège 2 4020 Liège
Permanence téléphonique : 04.232 01 04 du lundi au samedi 17H
– 18H30


Communiqué de presse

Nous avons appris ce dimanche le suicide d’une personne détenue au centre fermé pour étrangers de Vottem.

Il s’agit d’un jeune Serbe arrêté le 26 septembre suite à un contrôle dans le Thalys Paris-Bruxelles.

Il souhaitait s’établir ici et a introduit une demande d’asile. La réponse a été négative. La porte-parole de l’Office des Etrangers indique qu’il avait demandé à changer de section à Vottem au début de week-end, demande en cours d’examen.

Nous ne croyons pas que ce dernier fait explique un suicide.

Les tentatives de suicide sont très nombreuses dans les centres fermés ; nous en avons des échos régulièrement lors de nos contacts avec les personnes détenues à Vottem.

En effet ces centres sont des centres de rapatriement ; ils sont destinés à préparer l’expulsion et ont pour fonction de briser la résistance des personnes face à ce que les compagnies aériennes appellent les « déportations ». Les centres fermés sont donc un univers carcéral. Le régime de détention appliqué à des personnes qui n’ont pas commis de délit est très mal vécu psychologiquement par ces personnes.

Nous voulons aussi rappeler le manque de suivi et de soutien psychologique. A Vottem un psychiatre passe tous les 15 jours. Lorsqu’une personne souffre de troubles psychologiques ou tente de se suicider, elle est placée en isolement, au cachot !

Nous ne connaissions pas la situation de ce jeune homme ; nous savons seulement que lorsqu’une personne demande l’asile, c’est généralement parce qu’elle craint de graves persécutions dans son pays d’origine. Des tentatives de suicide ont ainsi souvent lieu à la veille des tentatives
d’expulsion.

Le CRACPE rappelle sa revendication: suppression des centres fermés et arrêt des expulsions. Ce suicide, tout comme les expulsions violentes qui se
poursuivent quotidiennement, nous amènent à répéter ce que nous avions dit lors de la mort de Semira Adamu en 1998 : il s’agit d’une violence d’Etat qui bafoue les Droits Humains.

Nous serons présents comme chaque semaine mercredi et samedi à 16 heures autour du centre fermé de Vottem et nous appelons les citoyens qui veulent protester contre ce déni des Droits de l’Homme à nous rejoindre.

Pour le CRACPE, France Arets (0497 54 24 33)

Ce contenu a été publié dans Droits de l'homme, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *