Il faut cesser de prendre l’avion

Bonjour,

Je ne sais pas ce qu’en dirait l’auteur américain d’Une vérité dérangeante, mais c’est bien là que nous en sommes.
Dans la vidéo ci-dessus, Aurélien Barrau donne sa vision des choses en sept minutes, du constat aux actions nécessaires, individuelles autant que collectives.
Pour en savoir plus, vous trouverez nombre de ses interventions sur Internet.

Voici, à titre de courts exemples, trois tweets récents d’Aurélien (et ici sa notice Wikipedia):

En terme de biomasse, savez-vous quelle est, sur Terre, la part des mammifères sauvages par rapport à celle du « bétail » destiné à l’abattoir ou à l’exploitation ? Un peu moins de 7%. Qu’avons-nous fait …? Peut-on ne pas être terrassé par l’ampleur de la monstruosité ?

Une petite précision pour ceux qui ne croient pas (il y en a !!!) aux prévisions catastrophiques qui sont pourtant consensuelles chez les scientifiques : on ne parle pas que du futur mais aussi de BILAN. Nous avons tué 70% des vertébrés dans les 40 dernières années. C’est fait.

Lire la suite

En réalité, le pacte sur les migrations de l’ONU a déjà été édulcoré à la demande de la Belgique

Et en hiver? Photo ©Joakeem Carmans pour Le Soir - Parc Saint-Maximilien
L’hiver existe aussi… – Bruxelles, parc Saint-Maximilien, photo ©Joakeem Carmans pour Le Soir

 

Bonjour!

La Belgique, parfois avec d’autres pays, a déjà contribué à une édulcoration significative du projet de pacte sur les migrations de l’Onu:
– le principe de régularisation collective a été écarté
– le principe de décriminalisation de l’immigration irrégulière a été écarté
– la notion de regroupement familial a été affaiblie
– la détention de mineurs reste autorisée. Lire la suite

Le dossier de la viande et du lait

http://www.l214.com/enquetes/2015/abattoir-made-in-france/
http://www.l214.com/enquetes/2015/abattoir-made-in-france/

Bonjour!

C’est en langue québecoise, toujours savoureuse, même si végétarienne : la bidoche dans nos assiettes l’est beaucoup moins, quand on suit les 41 minutes de l’émission « La face cachée de la viande ».

Voyons plutôt:
…Les porcs vont à l’abattoir lorsqu’ils pèsent 110 kilos. Ils ont six mois.
…La législation est comme qui dirait …datée: les animaux sont des biens meubles. Ouf. Désosser une chaise n’est pas un délit si elle vous appartient.
…L’assassinat industriel, par broyage mécanique ou gazage en container, est offert aux poussins mâles, inutiles pour l’élevage, transformés en aliments pour animaux ou en rouge à lèvre et en produits de beauté.
…La foutaise de l’impératif de la consommation de calcium… 25 % d’ostéoporose au Québec chez les femmes de plus de cinquante ans, pour 0,4 % en Corée. « La question n’est pas de consommer combien de calcium, mais comment faire pour l’assimiler. » On n’a pas besoin de boire du lait de vache! (En outre, nous n’avons pas l’équipement physiologique du veau-nouveau-né pour le digérer confortablement.) Lire la suite

J’ai vu Demain hier

Homeless_SF_IMG_1914
San Francisco. Un homeless, pas encore complètement ruiné, dans la ville du zéro déchet (photo G. L.)

 

Bonjour!

J’ai vu ce film qui fait parler de lui, Demain, un documentaire de Cyril Dion avec Mélanie Laurent.
Les critiques dans la presse saluent son optimisme et sa fraîcheur, et semblent s’interdire d’être réellement critiques. Comment dire du mal d’un tel élan de positivité quand les bonnes nouvelles sont si rares?
À l’oral, dans les conversations entre amis, le commentaire le plus répandu énonce que c’est un film dont on sort optimiste.

Autant le dire tout de suite, je suis sorti de la projection fort perplexe et même, franchement sceptique. Lire la suite

« L’Occident est mort »

MenacesDePaix 2 TB
http://rezo.net/

 

Bonjour,

C’est dans le courrier des lecteurs du quotidien L’Avenir (vaste programme) du 26 décembre 2015, à la page 24 de la seule version dont la pagination n’est pas arbitraire, la version papier:

L’Occident est mort

Son culte fanatique de l’illusion matérielle l’a tué, lui et sa « civilisation », de toutes les hontes, abominations et horreurs, de toutes les stupidités et méchancetés, de toutes les régressions animales, de tous les vices sans frein.
L’âge d’or peut donc commencer. Il est en effet d’ores et déjà dans le coeur de ceux qui osent les humbles et silencieux exploits quotidiens du service désintéressé, qui en dépit des conditionnements écrasants et continus osent pratiquer en pensées, en paroles et en actes, toutes ces valeurs fondamentales plus fortes que tout, vérité, droiture, paix, amour, non-violence, qui osent ainsi s’affranchir du joug de l’ego et redonner toute la place à la grandeur de leur être réel, indestructible, au potentiel infini, qu’on l’appelle Dieu, Soi, Esprit, qu’importe.
Honneur et gloire comme jamais et très joyeux Noël à tous les courageux résistants de l’ombre ! La vraie liberté et la félicité sont au bout de leur guerre à toutes les guerres !

André STREEL, Liège.

Royaume-Uni: Salauds de pauvres !

 

RU_FréquentationDesBquesAlim

Fois quinze, en quatre ans!
Le graphique ci-dessus, riche promesse d’avenir, nous est donné dans un article du Monde du 7 avril, intitulé « Malgré la reprise économique, le Royaume-Uni touché par la faim ».

On se demande bien ce que reprise économique veut dire quand on voit ces chiffres! La langue journalistique ou économique est un mystère.

Pour faire bref, voici trois sous-titres de ce texte: « Sans revenus du jour au lendemain », Au moins 2 millions de Britanniques mal nourris, et Une politique « punitive » dirigée  « contre les pauvres », sous lequel nous lisons:

l’invraisemblable augmentation de la pauvreté Outre-Manche depuis quelques mois trouve aussi ses origines dans le « Welfare Reform Act 2012 », la réforme d’ampleur de la protection sociale initiée par le gouvernement conservateur de David Cameron. Le journaliste et économiste Stewart Lansley, coauteur d’un essai intitulé Breadline Britain: the Rise of Mass Poverty (« La Grande-Bretagne sous le seuil de pauvreté : la montée de la pauvreté de masse ») évoque une politique « punitive » dirigée « contre les pauvres, et non contre la pauvreté »

David Cameron? Ah oui, ce jeune homme de bonne famille! Le pote de notre premier ministre, lui aussi fils de!
Ils sont en avance sur nous, les Britanniques, et ils en ont fait du chemin, depuis Margaret Thatcher. Lire la suite

Les prix qui tuent, dans un monde assez grand pour les uns, trop petit pour les autres

Photo: Le Monde


L’actualité du Japon a quasiment chassé, de la une des médias, une question lybienne qui avait précédemment pris toute la place. Cette logique pyramidale, à l’oeuvre dans le traitement de l’information, n’est pas sans pousser nos consciences à une forme de monomanie.
Cependant, bien sûr, d’autres crises anciennes ou permanentes subsistent. Aucun tsunami ne les tempère, aucun silence n’allège leur charge parfois mortelle.

Voici que le site du journal Le Monde présente un « récit multimédia », intitulé « Le prix du riz : question de vie ou de mort. » Ce prix a doublé au Bangla-Desh en deux ans.

Rappelons ce que l’ancien commissaire de l’Onu pour le droit à l’alimentation, Jean Ziegler, dont L’empire de la honte vient de paraître en édition de poche (6,50 euros), répète avec force dans ses livres, articles et conférences: « Dans les conditions actuelles, tout enfant mort de faim est assassiné. » Une affirmation qu’il démontre à satiété. Or un enfant de moins de dix ans meurt des suites de la faim toutes les 22 secondes sur cette planète.

Rappelons aussi que même la commission européenne a fini par reconnaître que la finance était responsable d’une part de la hausse mondiale des prix alimentaires, dans une proportion qui irait jusqu’à 75% selon certaines sources. « Le monde est assez grand pour répondre aux besoins de tous mais il sera toujours trop petit pour répondre à la cupidité de quelques-uns », disait Gandhi, aujourd’hui cité par l’économiste Jeffrey Sachs.

Si nous croisons les deux paragraphes qui précèdent, il est facile de comprendre qu’ « investir » – mot inexact, notre « épargne » – mot douteux, en banque, ou dans une société d’assurance, nous met dans un rapport de causalité immédiat avec des tragédies planétaires majeures.
Il est donc facile de savoir ce qu’il ne faut plus faire de son argent.
C’est « Une vérité qui dérange », sans doute, dont il me semble que chacun a l’intuition.

*

Revenons-en au récit du Monde qui suscite ces réflexions. Il reprend cinq courtes vidéos, d’à peu près une minute, dont voici quelques extraits:

« On n’a plus aucun rêve. On n’a pas le temps de rêver. On passe notre temps à travailler, pour manger. (…) On arrive encore à acheter des lentilles, pour accompagner le riz. »
Sahida, 25 ans, femme de ménage, 14 heures de travail par jour

« On achète même de la viande et des légumes, une ou deux fois par mois. Mais si les prix continuent d’augmenter, on ne mangera plus que du riz et des lentilles. »
Amila, 32 ans, couturière

« Maintenant, je travaille 12 heures par jour. Et même comme ça, nous ne mangeons plus à notre faim. »
Abdu, 29 ans, vélotaxi

« On ne mange plus qu’une fois par jour. Les mauvais jours, on ne prend aucun repas. »
Munni, 30 ans, mendiante

« Un ami a carrément arrêté l’université parce qu’il n’arrivait pas à se nourrir. Il était passé à un repas par jour. »
Mohammed, 23 ans, étudiant.

…Bonne fin de journée.

Pourquoi tant de détours?
« La faim dans le monde, nul n’y peut rien »

Bonjour,

Cette fois, commençons par les réponses, à savoir les trois infos ci-dessous que l’on obtient en faisant une recherche Google avec les mots-clefs:  eau « 80 milliards » humanité « dix ans »  pnud.

Lectrice, lecteur, trouvez la question.

 

Info 1:  décembre 2008

La faim touche près d’un milliard de personnes.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/12/09/la-faim-touche-pres-d-un-milliard-de-personnes_1128610_3244.html

Infos 2:  2004 et 2007

(…) d’autres résultats, provenant cette fois-ci du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), selon lesquels l’éradication de l’extrême pauvreté coûterait 80 milliards [de dollars] par an pendant dix ans (0,2 % du revenu mondial), soit l’équivalent du patrimoine des sept personnes les plus riches du monde(1). Ainsi rapporté à la richesse des nations, le coût de l’éradication de la pauvreté, a fortiori celui de l’élimination de la sous-alimentation, apparaît négligeable. La collectivité des nations du monde pourrait y pourvoir sans trop de difficultés si la nécessité stratégique, politique, économique, ou plus simplement humanitaire s’en faisait sentir.
« Rapport mondial sur le développement humain en 1997 », PNUD, Economica, 1997. Cité par Libération, 13 juin 1997.
http://www.fao.org/docrep/003/x3002f/X3002F08.htm

L’investissement financier nécessaire pour garantir à tout être humain l’accès à l’éducation de base, aux soins de santé de base, à une nourriture adéquate, à l’eau potable et à des infrastructures sanitaires, ainsi que pour les femmes, l’accès aux soins de gynécologie et d’obstétrique serait de 80 milliards de dollars supplémentaires annuellement sur dix ans selon le PNUD, Programme des Nations Unies de Développement, dans son rapport annuel, de 2004.
http://pcq.xooit.com/t661-La-faim-dans-le-monde.htm

Info 3 : 2007

Somme nécessaire à la satisfaction des besoins humains fondamentaux (alimentation, accès  à l’eau potable, éducation primaire, accès aux soins de base) pour toute l’humanité : 80 milliards $ par an, pendant 10 ans. Dépenses publicitaires annuelles : 1.000 milliards $. Dépenses militaires annuelles : 1.000 milliards $. (2004)
http://www.cadtm.org/spip.php?article2580