Injustice climatique, croissance paupérisante, capital « patient »…

Illustration project-syndicate.org

 

Bonjour !

 

Je découvre que des économistes se sont vus obligés d’appeler capital patient le capital non financier, soit le capital destiné à des investissements dans l’économie productive.
Cette dernière déjà, doit être appelée, en ces temps obscurs, l’économie réelle, comme s’il y en avait une autre, irréelle, …la financière en fait, celle du casino planétaire géant.
Bientôt « investissement » va lui aussi devoir être spécifié, puisque ceux qui parient en bourse prétendent investir, terme repris en toute innocence par la presse mainstream mondialisée. Lire la suite

La rentrée des luttes sera-t-elle chaude ?

À venir fin du mois.

Biodiversité : Vers une sixième extinction de masse ? – Par Bruno David, du Muséum d’Histoire naturelle

Schlorian.chhttps://twitter.com/schlorian

 

Bonjour!

 

Bruno David est le directeur du Muséum d’histoire naturelle de Paris.
Ancien chercheur au CNRS, d’une formation initiale en géologie, il est passé à la biologie et à la paléontologie, et publie cette année  À l’aube de la 6e extinction : comment habiter la Terre, aux éditions Grasset.

Je découvre Greenletter Club, « la chaîne qui décortique les grand sujets écologiques« .
Elle me paraît faire appel, sur chaque sujet traité, à de fins spécialistes.
Jugeons-en par cet entretien, en nous rappelant que le réchauffement du climat, qui est désormais un sujet impossible à négliger (bien qu’il y ait des artistes humains de l’impossible, en vérité au bord de la pathologie mentale), n’est que l’un des deux aspects de la destruction en cours. Le deuxième, tout aussi dangereux pour la vie humaine sur terre (et pas qu’humaine), est la destruction du vivant, soit l’atteinte à la biodiversité, en cours sur notre planète à une vitesse jamais vue dans les temps géologiques.
Et c’est bien homo sapiens à la manoeuvre, homo sapiens Uber Alles, démesure et cupidité assassines et suicidaires, au secours.
…D’accord, j’arrête, et je reviens au ton factuel et rationnel de mise ici. Lire la suite

Suivre Reporterre.net est un devoir ! – Et un plaisir

19 salariés en CDI, dont 14 journalistes, et écart des salaires de 1 à 1,9.

Bonjour !

Si vous ne connaissez pas encore reporterre.net (voir aussi sa notice Wikipedia), vous allez vous régaler. Ce média hors norme, centré sur la question environnementale et sociale, monte en puissance depuis qu’il a été créé par Hervé Kempf en 2007. Hervé était réacteur en chef-adjoint, pardon, rédacteur, pour l’écologie au journal Le Monde, et ses comptes rendus des luttes écologiques, notamment celle qui allait mener à la création de la ZAD de Notre-Dame des Landes, ont déplu au point qu’il a pris la porte.

Reporterre que je tiens pour le meilleur et indispensable journal de langue française sur son sujet, publie ce jour, comme chaque année, ses comptes annuels 2021. Lire la suite

Il faut cesser de prendre l’avion

Bonjour,

Je ne sais pas ce qu’en dirait l’auteur américain d’Une vérité dérangeante, mais c’est bien là que nous en sommes.
Dans la vidéo ci-dessus, Aurélien Barrau donne sa vision des choses en sept minutes, du constat aux actions nécessaires, individuelles autant que collectives.
Pour en savoir plus, vous trouverez nombre de ses interventions sur Internet.

Voici, à titre de courts exemples, trois tweets récents d’Aurélien (et ici sa notice Wikipedia):

En terme de biomasse, savez-vous quelle est, sur Terre, la part des mammifères sauvages par rapport à celle du « bétail » destiné à l’abattoir ou à l’exploitation ? Un peu moins de 7%. Qu’avons-nous fait …? Peut-on ne pas être terrassé par l’ampleur de la monstruosité ?

Une petite précision pour ceux qui ne croient pas (il y en a !!!) aux prévisions catastrophiques qui sont pourtant consensuelles chez les scientifiques : on ne parle pas que du futur mais aussi de BILAN. Nous avons tué 70% des vertébrés dans les 40 dernières années. C’est fait.

Lire la suite

En réalité, le pacte sur les migrations de l’ONU a déjà été édulcoré à la demande de la Belgique

Et en hiver? Photo ©Joakeem Carmans pour Le Soir - Parc Saint-Maximilien
L’hiver existe aussi… – Bruxelles, parc Saint-Maximilien, photo ©Joakeem Carmans pour Le Soir

 

Bonjour!

La Belgique, parfois avec d’autres pays, a déjà contribué à une édulcoration significative du projet de pacte sur les migrations de l’Onu:
– le principe de régularisation collective a été écarté
– le principe de décriminalisation de l’immigration irrégulière a été écarté
– la notion de regroupement familial a été affaiblie
– la détention de mineurs reste autorisée. Lire la suite

Le dossier de la viande et du lait

http://www.l214.com/enquetes/2015/abattoir-made-in-france/
http://www.l214.com/enquetes/2015/abattoir-made-in-france/

Bonjour!

C’est en langue québecoise, toujours savoureuse, même si végétarienne : la bidoche dans nos assiettes l’est beaucoup moins, quand on suit les 41 minutes de l’émission « La face cachée de la viande ».

Voyons plutôt:
…Les porcs vont à l’abattoir lorsqu’ils pèsent 110 kilos. Ils ont six mois.
…La législation est comme qui dirait …datée: les animaux sont des biens meubles. Ouf. Désosser une chaise n’est pas un délit si elle vous appartient.
…L’assassinat industriel, par broyage mécanique ou gazage en container, est offert aux poussins mâles, inutiles pour l’élevage, transformés en aliments pour animaux ou en rouge à lèvre et en produits de beauté.
…La foutaise de l’impératif de la consommation de calcium… 25 % d’ostéoporose au Québec chez les femmes de plus de cinquante ans, pour 0,4 % en Corée. « La question n’est pas de consommer combien de calcium, mais comment faire pour l’assimiler. » On n’a pas besoin de boire du lait de vache! (En outre, nous n’avons pas l’équipement physiologique du veau-nouveau-né pour le digérer confortablement.) Lire la suite

J’ai vu Demain hier

Homeless_SF_IMG_1914
San Francisco. Un homeless, pas encore complètement ruiné, dans la ville du zéro déchet (photo G. L.)

 

Bonjour!

J’ai vu ce film qui fait parler de lui, Demain, un documentaire de Cyril Dion avec Mélanie Laurent.
Les critiques dans la presse saluent son optimisme et sa fraîcheur, et semblent s’interdire d’être réellement critiques. Comment dire du mal d’un tel élan de positivité quand les bonnes nouvelles sont si rares?
À l’oral, dans les conversations entre amis, le commentaire le plus répandu énonce que c’est un film dont on sort optimiste.

Autant le dire tout de suite, je suis sorti de la projection fort perplexe et même, franchement sceptique. Lire la suite