Climat, manif, déni, obéissance, dignité

Drapeau Extinction Rebellion

 

 

Bonjour!

J’étais hier à la manifestation pour le climat à Bruxelles.
25.000 personnes semble-t-il, ce qui est beaucoup trop peu pour une population de 11,4 millions. Avant les confinements, la jeunesse avait réuni 70.000 manifestants.

Un homme arrêté à un angle du parcours, de loin le plus photographié par les manifestants, affichait en néerlandais « Je manifeste depuis mes 98 ans pour mes cinq arrière-petits-enfants ». Lire la suite

La vie continue

https://www.lesoir.be/316412/article/2020-07-31/incendie-dans-les-pyrenees-atlantiques-le-feu-de-foret-est-maitrise
lesoir.be

La vie continue                                                         (PDF)

 

Climat, guerres, misères,
impasse civilisationnelle.

Extractivisme
mondialisé,
financiarisé.
Destructions des populations vivantes.

« Sixième extinction ».
Inhumaine humanité,
sur la touche.

De grands mots.
Cependant Lire la suite

Avis à la population : le coût du carburant, thermique ou électrique, aux 100 kilomètres

 

Bonjour!

J’ai fait le plein ce soir, dans une station où cette affichette se trouvait sur chaque porte et chaque mur de la boutique. Lire la suite

Balance ton aéroporc, combien de manifestants ?

Balance ton aéroporc
Auteure (provisoirement?) anonyme. Photo G. L.

 

 

Bonjour !

La manifestation d’hier contre l’extension d’Alibaba à l’aéroport de Liège était bon enfant et déterminée.
Musique, discours, plus de 50 associations réunies entre militants, zadistes, riverains, commerçants, agriculteurs, 1 syndicat (les jeunes de la FGTB, mais pas les vieux…, alors qu’1 collectif créé en 2015, « Les grands-parents pour le climat », était là), 1 parti (ecolo) d’ailleurs conspué par un des cortèges à l’instar des autres parti du gouvernement de la Région Wallonne, 3 cortèges se réunissant pour le pow-wow final devant la gare des Guillemins, 1 association allemande venue offrir de la soupe à tout le monde…
Et par chance, pluie la veille et pluie la nuit suivante, mais temps sec pendant. Lire la suite

Injustice climatique, croissance paupérisante, capital « patient »…

Illustration project-syndicate.org

 

Bonjour !

 

Je découvre que des économistes se sont vus obligés d’appeler capital patient le capital non financier, soit le capital destiné à des investissements dans l’économie productive.
Cette dernière déjà, doit être appelée, en ces temps obscurs, l’économie réelle, comme s’il y en avait une autre, irréelle, …la financière en fait, celle du casino planétaire géant.
Bientôt « investissement » va lui aussi devoir être spécifié, puisque ceux qui parient en bourse prétendent investir, terme repris en toute innocence par la presse mainstream mondialisée. Lire la suite

Homo sapiens industrialis : quoi de neuf depuis 2018 ?

Bonjour !

Je reproduis ci-dessous in extenso mon billet Homo sapiens industrialis : Où en sommes-nous? du 25 août 2018.

De ce point de vue, rien de significatif n’a changé.

Néanmoins, et quoi qu’il en soit, bonne journée à toutes et tous !

 

Guy

Lire la suite

La rentrée des luttes sera-t-elle chaude ?

À venir fin du mois.

Mickaël Correia : “Il y a des crimes climatiques, donc il y a des criminels

 

Bonjour !

 

« Mickaël Correia propose une écologie du rapport de force, qui désigne des responsables et propose donc des leviers d’actions autres que le désespoir ou la complaisance.
(…)
Grâce à ses travaux, on sait désormais que la révolution sera écologique ou ne sera pas et que l’écologie sans révolution et démantèlement du capitalisme fossile, c’est du macramé »
.

Voilà qui commence bien.

Diplômé d’université dans une orientation agroécologie et agroforesterie, Mickaël Correia est devenu journaliste et auteur. Il a collaboré à CQFD, au Monde diplomatique, co-fondé la revue Jef Klak, travaille aujourd’hui chez Mediapart, et a publié cette année Criminels climatiques aux éditions La Découverte. Lire la suite

Biodiversité : Vers une sixième extinction de masse ? – Par Bruno David, du Muséum d’Histoire naturelle

Schlorian.chhttps://twitter.com/schlorian

 

Bonjour!

 

Bruno David est le directeur du Muséum d’histoire naturelle de Paris.
Ancien chercheur au CNRS, d’une formation initiale en géologie, il est passé à la biologie et à la paléontologie, et publie cette année  À l’aube de la 6e extinction : comment habiter la Terre, aux éditions Grasset.

Je découvre Greenletter Club, « la chaîne qui décortique les grand sujets écologiques« .
Elle me paraît faire appel, sur chaque sujet traité, à de fins spécialistes.
Jugeons-en par cet entretien, en nous rappelant que le réchauffement du climat, qui est désormais un sujet impossible à négliger (bien qu’il y ait des artistes humains de l’impossible, en vérité au bord de la pathologie mentale), n’est que l’un des deux aspects de la destruction en cours. Le deuxième, tout aussi dangereux pour la vie humaine sur terre (et pas qu’humaine), est la destruction du vivant, soit l’atteinte à la biodiversité, en cours sur notre planète à une vitesse jamais vue dans les temps géologiques.
Et c’est bien homo sapiens à la manoeuvre, homo sapiens Uber Alles, démesure et cupidité assassines et suicidaires, au secours.
…D’accord, j’arrête, et je reviens au ton factuel et rationnel de mise ici. Lire la suite

Suivre Reporterre.net est un devoir ! – Et un plaisir

19 salariés en CDI, dont 14 journalistes, et écart des salaires de 1 à 1,9.

Bonjour !

Si vous ne connaissez pas encore reporterre.net (voir aussi sa notice Wikipedia), vous allez vous régaler. Ce média hors norme, centré sur la question environnementale et sociale, monte en puissance depuis qu’il a été créé par Hervé Kempf en 2007. Hervé était réacteur en chef-adjoint, pardon, rédacteur, pour l’écologie au journal Le Monde, et ses comptes rendus des luttes écologiques, notamment celle qui allait mener à la création de la ZAD de Notre-Dame des Landes, ont déplu au point qu’il a pris la porte.

Reporterre que je tiens pour le meilleur et indispensable journal de langue française sur son sujet, publie ce jour, comme chaque année, ses comptes annuels 2021. Lire la suite