Les origines de l’école égalitaire finlandaise

Bonjour!

L’école finlandaise remporte la première place dans les études Pisa de l’Ocde, parmi les pays membres de l’Organisation, que ce soit par l’excellence du niveau moyen ou par le peu de distance entre les élèves finlandais les mieux classés et les moins bien classés.
L’école est publique, entièrement gratuite jusqu’aux transports scolaires et la cantine, décentralisée, l’inspection est inexistante, Lire la suite

L’arnaque idéaliste

Bonjour!

J’entends un type qui est médecin et thérapeute, Christophe André, plaider, d’une voix suave et mesurée, pour la prière et la méditation. Il dit des choses qui me paraissent justes sur la condition humaine et ses mystères indépassables: la naissance (Jean Ziégler la place avec force comme le plus grand: pourquoi je nais dans un milieu privilégié, et pourquoi je nais juste pour connaître une agonie d’un an ou de quelques années), la vie, la conscience, la mort. Lire la suite

J’ai vu Demain hier

Homeless_SF_IMG_1914
San Francisco. Un homeless, pas encore complètement ruiné, dans la ville du zéro déchet (photo G. L.)

 

Bonjour!

J’ai vu ce film qui fait parler de lui, Demain, un documentaire de Cyril Dion avec Mélanie Laurent.
Les critiques dans la presse saluent son optimisme et sa fraîcheur, et semblent s’interdire d’être réellement critiques. Comment dire du mal d’un tel élan de positivité quand les bonnes nouvelles sont si rares?
À l’oral, dans les conversations entre amis, le commentaire le plus répandu énonce que c’est un film dont on sort optimiste.

Autant le dire tout de suite, je suis sorti de la projection fort perplexe et même, franchement sceptique. Lire la suite

Syndicats et ministre lors de la grève de l’enseignement belge francophone en 1996

PimentRouge2Bonjour !

 

Une chose en entraîne une autre et, en évoquant il y a quelques jours mes coups de coeur pédagogiques (Des pédagogies différentes?),  j’avais retrouvé mes « mots d’amour » à la ministre de l’éducation, également présidente de la « Communauté française de Belgique » (1), publiés dans la presse au début de la grève des enseignants de 1996. Lire la suite

Des pédagogies différentes?

Certificat par lequel je me suis échappé de la dernière retenue qu'un élève de septième avait réussi à me faire lui infliger.
Idée du certificat par lequel je me suis échappé de la dernière retenue qu’un élève de septième avait réussi à me faire lui infliger.
(Le document Word original n’était pas encore retrouvé lors de la publication de ceu billet, et Word était la matière de mon cours.)
Ce certificat a remplacé les deux heures de retenue annoncées et m’a valu le commentaire: « Vous êtes fou, Monsieur », par lequel j’ai su que j’avais réussi à me sortir de ce mauvais pas. NOTE:  l’original a été retrouvé ce 29/10/2018! Je le place en fin d’article.

 

Bonjour, bonsoir,

 

« Wergosum » répond (de Pékin!) à mon billet « À quoi sert l’école? » , en me posant cette question:

Comme il existe une psychanalyse alternative, une mécanique quantique alternative (et aussi le courant alternatif) [Il est incapable de résister à la tentation d’une boutade, et il le prouve], il existe aussi des écoles alternatives (Steiner, Montessori).
C’est quoi, la vraie différence avec l’école « normale », en dehors du fait qu’elles sont payantes? Lire la suite

À quoi sert l’école?

fourmis moebius mobile
Animation d’un dessin de M. C. Escher

( Voici le premier jet d’une page de plus, de mon livre sur l’école qui ne verra jamais le jour…  🙂  )

——————————

 

« Le principe de l’école républicaine en France n’est-il (n’était-il) pas de donner à un enfant se trouvant dans une famille dysfonctionnelle une base de raison, de culture et de créativité lui permettant de s’extraire de sa gangue native ? »

Bien sûr que non!
La fonction la plus forte et la moins affirmée de l’école est de reproduire la société. Au passage, elle enseigne, elle éduque et elle socialise, trois fonctions évidentes et les seules qui soient abondamment commentées. Sauf par certains auteurs, comme (le jésuite) Ivan Illich qui a écrit: « L’école est l’agence de publicité qui nous fait croire que nous avons besoin de la société telle qu’elle est. » Lire la suite

G A Z A    N A U S É E – La terre volée, la niche du chien et quelques premiers de classe

Carte empruntée à Julien Salingue

Bonjour,

Je vous recommande ici quelques textes présents sur Internet, et un témoignage arrivé par courrier.
Il s’agit pour l’essentiel de voix israéliennes minoritaires, et une réflexion sur les médias, selon laquelle ils sont aussi des acteurs dans la guerre qu’ils prétendent seulement observer.
Pour la guerre à Gaza comme sur tous sujets, deux portails sont particulièrement intéressants à consulter: le français www.rezo.net  et son petit frère belge francophone, www.mouvements.be, auquel je collabore modestement. Les consulter, c’est se donner les moyens de mettre en perspective ce qui est bien trop souvent une farce dans les médias, et, anecdotiquement, d’être informé quelques jours avant les lecteurs de la grande presse. Quand l’éditorial du Soir du 12 janvier ose les mots « Gaza : folie collective et crimes de guerre » par exemple, eh bien, il y avait quelques temps déjà que cela n’avait pas échappé aux lecteurs desdits portails.

Bonne lecture!

Guy

*

Gilad ATZMON (Israël) – écrivain et musicien, vivant en Grande-Bretagne:

Vivre en sursis sur une terre volée

Où l’on comprend que la base de la conscience fausse qu’ont les Israéliens du conflit depuis 1948 pour le moins, c’est la falsification de leur propre histoire à l’école, à l’université, et dans les médias.
Voici des extraits pour les lecteurs trop pressés:

Dans le paysage, les traces de la civilisation palestinienne d’avant 1948 ont été effacées. Non seulement la Nakba, le nettoyage ethnique en 1948 des indigènes palestiniens, ne fait pas partie des programmes scolaires israéliens, elle n’est pas même mentionnée ni discutée par aucun forum officiel ou universitaire israélien. (…)

Israël n’a pas trouvé de réponse militaire. Il peut certes tuer des civils mais ne parvient pas à enrayer les tirs de roquettes. (…)

le contrôle de l’Autorité Palestinienne et du Fatah sur la Cisjordanie est maintenu par l’armée israélienne (…)

Il est évident que le Hamas a fait preuve d’une certaine retenue avec Israël depuis trop longtemps. Le Hamas s’est retenu d’étendre le conflit à l’ensemble du sud d’Israël. (…)

Dès que le Hamas se sera emparé de la Cisjordanie, les plus grands centres urbains israéliens seront à sa merci. Pour ceux qui ne parviennent pas à le voir, ce serait la fin de l’Israël juif. Ça peut arriver dès ce soir, dans trois mois ou dans cinq ans, la question n’est pas de savoir ‘si ça se produira’, mais ‘quand.’ À ce moment-là, l’ensemble d’Israël sera à portée de tir du Hamas et du Hezbollah et la société israélienne s’effondrera, son économie sera ruinée. Le prix d’une maison individuelle de Tel Aviv nord équivaudra à celui d’un cabanon à Kiryat Shmone ou à Sderot. Au moment où une seule roquette touchera Tel Aviv, c’en sera terminé du rêve sioniste.

Les généraux israéliens le savent, les dirigeants Israéliens le savent. C’est pourquoi ils intensifient la guerre d’extermination contre les Palestiniens. Les Israéliens n’envisagent pas d’occuper Gaza. Ils n’ont rien perdu là-bas. Tout ce qu’ils veulent c’est terminer la Nakba. Ils larguent des bombes sur les Palestiniens dans le but de les anéantir. (…)

Tout ce qui reste aux Israéliens c’est de s’accrocher à leurs oeillères et à leur déni de la réalité pour fuir le triste destin qui leur est déjà fixé. Tout au long de leur déchéance, les Israéliens entonneront les divers chants de victimisation dont ils sont coutumiers. Imprégnés d’une réalité faite de suprématie égocentrée, ils seront hypersensibles à leurs propres souffrances tout en restant aveugles à celles qu’ils infligent aux autres.

 http://www.alterinfo.net/Vivre-en-sursis-sur-une-terre-volee-Le-destin-ineluctable-d-Israel-est-inscrit-dans-chaque-bombe-qu-il-lache-sur-les_a28065.html

*

Michel Collon (Belgique):

Cher Monsieur Obama,

Vous avez déclaré à propos du conflit entre Israël et les Palestiniens : « Si quelqu’un tirait des roquettes sur ma maison où mes deux filles dorment chaque soir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire cesser cela. »

Protéger vos enfants ? Comme je vous comprends! Mais, pour être tout à fait correct envers vos filles, ne devriez-vous pas leur raconter l’histoire de cette maison ? Dire que vous l’avez volée à ses propriétaires ? Et aussi le jardin, et tous les champs autour ! Et que vous avez obligé l’ancien propriétaire à aller vivre dans la niche du chien ? Car c’est exactement ce qu’Israël a fait en volant leurs maisons et leurs terres aux Palestiniens, et en les forçant à vivre dans des camps de réfugiés (voir les livres d’historiens israéliens comme Benny Morris).

Dès lors, cher Monsieur Obama, pourriez-vous prétendre vivre dans cette maison tranquillement, comme si de rien n’était ? Alors, juste une question : votre « changement » consistera-t-il à répéter ces vieux mensonges sur la maison, déjà ressassés par tous vos prédécesseurs ?

Recevez, cher Monsieur Obama, mes meilleurs sentiments. Et dites à vos amis que, sur cette terre de Palestine, il y a de la place pour tout le monde. A moins qu’une différence de religion ou de couleur de peau pose un problème à quelqu’un ?

Michel Collon
13 janvier 2009

http://www.michelcollon.info

*

Une habitante de Sderot (Israël):

Je parle avec les gens de Sderot

C’est le texte d’une habitante de cette ville frontière où les journalistes sont confinés et ressassent par ennui le point de vue de la puissance dominante, comme on peut s’en faire une idée avec l’article d’Henri Maler et Olivier Poche ci-après .
Elle est membre de Kol-Acher (Une autre voix), une association transfrontalière de dialogue israélo-palestinien.
(En ligne sur http://www.millebabords.org/spip.php?article10028 )

*

Henri Maler et  Olivier Poche (France):

Gaza – Médias en guerre

À grands renforts de reportages déséquilibrés et d’informations mal regardantes sur les sources, la plupart des médias ont confirmé qu’ils sont toujours, volontairement ou pas, des acteurs des guerres qu’ils prétendent observer.

Selon les comptages effectués par le site d’Arrêt sur images (lien payant), les 20h de TF1, France 2 et France 3, entre le 27 décembre et le 5 janvier, ont ainsi proposé 6 reportages intégralement consacrés aux civils israéliens, contre 2 aux civils palestiniens. Cette disproportion est encore plus prononcée, si l’on prend en considération les JT de 13h. Selon notre propre relevé, sur TF1 le rapport est de 5 contre 1. Un seul reportage consacré aux civils palestiniens, diffusé seulement au 20h, met en scène, sans le moindre propos politique, une famille relativement aisée de Gaza (comme nous l’apprend un reportage… de France 2 où le même couple franco-palestinien est interrogé [3]) et peu représentative par conséquent de la situation vécue par la majorité des Gazaouis. Et si l’on ajoute France 2, on atteint en tout 9 reportages contre 2 – là encore, le 13h ayant jugé bon d’évoquer Sderot, mais pas Gaza.
Publié le 12 janvier 2009.
Texte complet sur Acrimed (Action – Critique – Médias):  http://www.acrimed.org/article3044.html#nb1

*

Michael Warschawski (Israël):

Il s’agit « de punir les Palestiniens du seul fait qu’ils continuent à exister »

Cela fait quarante ans qu’il en est ainsi, que Michael Warschawski a choisi le camp des Justes. En 1967, alors qu’il suivait des études talmudiques à Jérusalem, ce jeune homme né à Strasbourg a rejoint le mouvement trotskiste antisioniste Matzpen, alors le seul groupuscule israélien à s’opposer à l’occupation de la Cisjordanie. Après avoir participé en 1982 à la fondation de Yesh Gvul, un mouvement d’officiers de réserve et de soldats contre la guerre au Liban, il a créé deux ans plus tard le Centre d’information alternative (AIC), qui rassemble plusieurs mouvements pacifistes israéliens et organisations palestiniennes.
(…)

[Il est] l’auteur de Programmer le désastre, la politique israélienne à l’œuvre, livre paru aux éditions La Fabrique et dans lequel il se livre à un « démontage en règle des mystifications sur le Proche-Orient, fabriquées et / ou entretenues par les médias internationaux« 

Dans Politis le 8 janvier, Bernard Langlois replaçait ces bombardements israéliens dans la logique de l’après 11 septembre et de la doctrine néo-conservatrice, écrivant notamment : « Les zélotes d’Israël, là-bas ou ici, ne cessent de nous le rappeler : la vaillante armée de l’État hébreu ne se bat pas seulement pour sauver la patrie en danger, elle est aussi la première ligne de défense de l’Occident et de ses valeurs contre le terrorisme et la barbarie. » Est-ce selon vous la meilleure grille d’analyse pour expliquer la conduite d’Israël ?

(Michael Warschawski:) Je suis entièrement d’accord avec analyse de Bernard Langlois : le cadre de la guerre israélienne est celui de la guerre globale contre les barbares (assimilés aujourd’hui a la civilisation musulmane) et son idéologie celle du choc des civilisations.

Puisque le Hamas n’est qu’un prétexte aux bombardements, quel est l’objectif réel de l’intervention ? Quelles issues et échéances voyez-vous à cette attaque ?

On a beau chercher dans les déclarations des dirigeants israéliens, on n’entend pas de réponse à la question : quel est l’objectif de la guerre ? En fait, il s’agit d’un mélange, fait de guerre punitive (vous avez choisi le Hamas, vous allez le payer), de volonté d’affaiblir au maximum le Hamas (tout en sachant que le succès sera limité), de tenter d’imposer le contrôle d’Abbas sur la Bande de Gaza (ce qui serait la fin définitive de ce qui lui reste de légitimité populaire) et du plus profond de l’inconscient, de punir l’ensemble des Palestiniens du seul fait qu’ils continuent à exister.

En 2005, vous avez expliqué « aimer Israël comme on aime l’enfant d’un viol ». En est-il toujours de même ?

Comme on aime son fils ou son frère qui est a la fois l’enfant d’un viol et un voyou brutal et extrêmement dangereux pour l’environnement et pour lui-même. Vient un moment ou il faut l’arrêter, le traduire devant les tribunaux et le punir.

Article complet: http://www.article11.info/spip/spip.php?article256.
Warschawski est partout en ce moment. Lisez « Carnage à Gaza« , paru sur http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article12577 .
On trouve un beau portrait de cet étonnant israélien d’origine strasbourgeoise, sous la plume de François Xavier.

*

Mads Gilbert et Erik Fosse (Norvège)

Des médecins évoquent l’usage « d’un nouveau type d’arme » à Gaza

Des blessés d’un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza.
(…)
nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d’armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l’acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive« 
, ont déclaré les médecins. Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d’explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. « À deux mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d’aiguilles. Nous n’avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d’amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l’opération israélienne Pluie d’été. Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes », ont-ils expliqué.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/01/12/des-medecins-evoquent-l-usage-d-un-nouveau-type-d-arme-a-gaza_1140545_3218.html#ens_id=1106055

Je ne peux que recommander la lecture de cet article valant son pesant d’horreur et d’héroïsme.

Il illustre le complot des premiers de classe, acharné à faire avancer les industries de la mort.
De bons ou d’excellents élèves, encensés et applaudis par leurs profs, devenus ingénieurs ou scientifiques de haut niveau dans l’armement, mettent leurs talents, et tout leur coeur, à ces entreprises.
Il y a là comme un cuisant échec pour les formateurs.

Le film « Nos enfants nous accuseront »

Repris dans le mensuel du centre culturel Barricade, « Un pavé dans la mare » ,  Liège, mai 2009, p.24

 Images extraites du film de Jean-Paul JAUD, « Nos enfants nous accuseront »

 

Bonjour,

Dans l’école où je travaille, les sandwichs vendus aux enfants et adolescents se composent d’un morceau de pain fendu et d’une couche d’un mélange fourni par l’industrie agro-alimentaire

On n’y voit pas un gramme de crudités, si l’on excepte les quelques « dagoberts » emportés dans les cinq premières minutes du premier service, et disparus depuis  fin octobre en raison, se murmure-t-il, de l’épuisement d’un énigmatique budget. Comme si, et c’est bien possible, la recette de ces sandwichs (on les paie, tout de même) allait dans un tiroir totalement étranger au département « achats », dans la logique des compartiments étanches du Titanic.

On trouve par exemple, sous le nom de filet américain, une pâte ou pâtée contenant 47 % de viande, dont la moitié de porc, d’ordinaire proscrite crue en raison de sa rapide dégradation, et 53 % d’autres choses, huile, huile, huile, « émulgateurs » ou émulsifiants, conservateurs alimentaires, jaune d’oeuf, colorants…

Présenter cette mixture à des gosiers en pleine croissance me paraît nécessiter comme une longue chaîne de paresse intellectuelle, d’empilement des déresponsabilités, de grégarité aveugle. Une petite démonstration en actes de l’impuissance du service public, par ceux-là même qui en vivent et le peuplent.

Pour tout dire, ce dégât collatéral de l’enseignement obligatoire me paraît tenir du crime plus que du délit, et deux fois plutôt qu’une: pour atteinte à la santé de la jeune génération d’une part, pour dégradation du projet collectif d’éducation de l’autre.

Vendre ça à des ados dans une école devrait être illégal et le sera, je l’espère, prochainement.

…À ces remarques peu amènes, un collègue m’a opposé  que l’on avait essayé les crudités, mais qu’on en avait retrouvé à terre dans la cour de récréation – signifiant par là, j’imagine, que d’abord les jeunes n’en veulent pas, et qu’ensuite c’est de leur faute s’ils n’en reçoivent pas.
Que les écoles adoptent donc la tétine automatique de l’élevage industriel !  Enfin une propreté optimale!
Et des petits malins pourront y ajouter en douce du bromure ou des calmants, au goutte à goutte.

Le film dont je vous transfère ici l’annonce, donne à réfléchir sur les conditions modernes de la production alimentaire, et met l’accent sur la responsabilité des adultes à l’égard des générations montantes. Des pathologies lourdes prospèrent sur ce terreau, et la question dépasse bien entendu très largement le périmètre restreint de mon bahut en région liégeoise.
Heureusement, on le voit dans le film, quelques écoles ou pouvoirs locaux s’insurgent, quelques experts aussi.
Il y a même un Monsieur Belpomme dans le mouvement, ça ne s’invente pas.

Bien à vous!

Guy

Lien immédiat pour la bande-annonce (mais vous ratez le site du film) : http://www.dailymotion.com/video/k4xfFdegRczg99P2bC

——– Message original ——–

Sujet: TR: film « Nos enfants nous accuseront »
Date: Tue, 18 Nov 2008 15:11:55 +0100
Lire la suite