Julos Beaucarne, 27 juin 1936 – 18 septembre 2021

(Billet publié simultanément sur le blog de Paul Jorion)

Bonjour !

Cinquante-cinq ans d’albums, une vie de poésie et d’engagement, en français et quelquefois en wallon. Pendant longtemps, le contrat avec sa société de disques lui imposait un opus chaque année, et chaque année il se produisait durant un mois à Paris, où il avait trouvé un public aussi. Son pull arc-en-ciel, il l’a porté pendant au moins vingt-cinq ans, et je l’ai entendu répondre un jour à une dame étonnée qu’il en était à son septième: c’est simple, il s’en faisait faire un nouveau à l’identique, quand le dernier commençait à rendre l’âme.

Sa lettre à Kissinger évoque la fin de Victor Jara, récemment rappelée sur le blog de Paul Jorion, après le coup d’État d’Augusto Pinochet en 1973.
Une autre de ses lettres a fait le tour du monde, sous le titre « Lettre ouverte de Julos Beaucarne » Lire la suite

Le Gang des Vieux en Colère

 

Bonjour!

 

Enfin ce mouvement existe!

Voici une vidéo avec Danny D., 77 ans. Une des fondatrices s’exprime en 4 minutes 32: « Nous, on a plus rien à perdre » . Lire la suite

Vitalité liégeoise

Illustration todayinliege.be

Bonjour!

Voici la preuve par neuf de l’assez incroyable vitalité associative liégeoise, du macramé ou du bridge à Attac ou les antinucléaires, en passant par le prometteur (pour moi un peu trop cher) Vin de Liège ou les danses orientales. Je ne vois que les antimilitaristes un peu trop absents. Le théâtres, les musiques, aussi, se portent bien à Liège. Lire la suite

Quelle surprise, la « crise du covid » réduit les salaires en Belgique

Illustration lecho.be

 

Bonjour!

 

C’est un article du journal des amis de la bourse qui le dit: https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/federal/la-crise-sanitaire-a-mis-les-salaires-sous-pression/10328562, ou PDF ici.

Il y a une spontanéité systémique du néolibéralisme: les évolutions factuelles, législatives ou réglementaires creusent les inégalités. La « stratégie du choc » n’est qu’une expression de cette spontanéité.

Dans une démocratie conséquente, chaque mesure prise devrait examiner le critère « creuse les inégalités ou les réduit« . Dans une démocratie conséquente, la spontanéité systémique réduirait les inégalités.

Nous n’y sommes pas du tout. Au boulot, voilà la cible !

Ceci n’est pas une dictature sanitaire

Illustration lalibre.be

(Ce texte paraît aujourd’hui sur le site du journal lalibre.be. Repris aussi par La chronique de la nouvelle normalitérannemarie.wordpress.com, …)

 

Bonjour!

 

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde », écrivait Albert Camus.
Les usagers de l’expression selon laquelle nous sommes en « dictature sanitaire » se trompent au moins doublement.

Ils se trompent d’abord parce qu’il faut réserver le mot de dictature à des réalités plus spécifiques et sanglantes que l’état de choses actuel. Dans une dictature, ces dénonciateurs n’auraient pas eu l’occasion de répéter une seule fois leur philippique avant l’emprisonnement ou la torture. À force de recourir à des outrances, les mots se vident de leur sens et deviennent manquants.

Les usagers de l’expression « dictature sanitaire » se trompent ensuite parce que cette supposée dictature n’est pas « sanitaire ». Lire la suite

Les Façades, 1971

 

Bonjour!

Je connais depuis longtemps la chanson dévastatrice de Claude Semal, « La façade ».
Le façadisme à Bruxelles a produit, dans la seconde moitié du XXème siècle et dans les écoles d’architecture du monde, le terme de bruxellisation, qui désigne des choses à ne pas faire en matière d’urbanisme, dans lesquelles s’est tenacement illustrée la capitale du royaume de Belgique. Il faut dire que depuis la construction du palais de justice, le plus massif bâtiment construit au monde au XIXème siècle, « architecte » est en milieux populaires bruxellois une raillerie. Tout autant que bien des choses allaient mieux dans le passé, dit-on, tout autant aujourd’hui nous avons progressé, redit-on: comprenne qui pourra. Lire la suite

Il faut dire non à la politique qui dit non aux sans-papiers

We are Belgium too – © Krasnyi Collective – Dominique Botte

 

Bonjour!

 

La position de fermeture du gouvernement « Vivaldi » face à la grève de la faim des sans-papiers à Bruxelles est insupportable.
Elle ne se justifie que par une position butée, idéologique, typique d’un extrême-centre qui mérite d’être nommé ainsi par les effets de sa politique, lesquels n’ont rien de modéré.
Elle est aussi typique d’une position électoraliste qui se prémunit contre la droite et contre la droite de la droite.
…Mais que font le PS et Ecolo dans cette galère? Empire du « réalisme » ?

  • Si vous n’avez pas signé cette pétition, signez-la: https://www.wearebelgiumtoo.be/ 
  • Si vous l’avez signée, diffusez-la au maximum. Il est plus que tard.

Côté coeur, voyez le témoignage d’un médecin qui leur a rendu visite. (6 juillet !)

Côté raison, voici Lire la suite

Taux de reproduction du SARS-CoV-2 et incidence en Europe, entre le 1 et le 16 mai 2021

Source: ourworldindata.org

 

Bonjour!

Le taux de reproduction R du virus

La liste des pays retenus ici est arbitraire. Il s’agit de la Belgique et des pays limitrophes, d’autres pays européens et de la Colombie où sont noués des contacts personnels, de la Suède en raison des particularités de sa politique sanitaire, des EU et de la Chine pour des raisons évidentes, et d’Israël en tant que pays le plus vacciné au monde, que ce soit complètement ou avec une dose au moins. Les autres pays du monde se trouvent sur la page indiquée ci-dessus. Lire la suite

En un mois, des sans-logis réveillent la Vicomtesse au Bois Dormant de quatre ans de sommeil

 

Bonjour!

 

J’ai mis trente ans, après quatre années d’économie à l’université et un questionnement incessant, à me faire une réponse à cette question: pourquoi aucun pays riche n’assure-t-il un logement de qualité à prix abordable à toute sa population?
La réponse tient en une phrase: le logement n’est pas du logement, mais une spéculation. Lire la suite

Kinshasa à Liège

Dimanche 10 mai 2021

 

C’est une petite place bien à l’ombre dès onze heures du matin, au bord du quai de la Batte, « batte » signifiant déjà « quai », mais en wallon. Ce quai est occupé par un énorme marché le dimanche, dit « marché de la Batte » ou simplement « la Batte », sur quasi un kilomètre le long de la Meuse, dont la zone d’attraction dépasse les cinquante kilomètres vers les Pays-Bas et l’Allemagne, tout en atteignant une bonne partie de la Belgique. Et ce marché est une institution importante au point que le tracé du tram en voie de finition à Liège (ouverture en 2022, travaux partout) fait des acrobaties pour l’éviter le dimanche: les deux voies se séparent, avec une seule sur le quai, et le dimanche les trames se croiseront sur les quelques centaines de mètres esseulées de l’autre voie.

J’y suis allé aujourd’hui, à la Batte du dimanche, vu la réouverture des terrasses hier en Belgique. Lire la suite