Pour achever DSK auprès de ceux qui ont encore quelques illusions
(+ 1 bonus! – Michel Rocard)

D’après le livre de John Kenneth GALBRAITH


 

Bonjour!

Sarkozy avait donné la preuve qu’un socialiste de gouvernement ne résiste pas à une proposition prestigieuse, même si elle émane d’un ennemi politique et implique de quitter son parti d’origine, comme on l’a vu avec Bernard Kouchner, Eric Besson ou Claude Allègre.
D’autres comme Dominique Strauss-Kahn, Jacques Attali, Jack Lang, Michel Rocard ont accepté des titres qui ne leur ont pas paru incompatibles avec la qualité de membre du PS français.
Un des pires a refusé, bien qu’à l’époque il fût très courtisé: Manuel Valls. Vous allez voir le tort qu’il va faire, comme ministre de l’intérieur et de l’immigration, au socialisme de gouvernement – qui le mérite bien, comme à la démocratie – qui n’en demande pas tant. Lisez en attendant le savoureux « Vous avez aimé Claude Guéant ? Vous adorerez Manuel Valls
 » d’Alain Gresh, du Monde diplomatique.

S’agissant de Dominique Strauss-Kahn, voici un article bien intéressant, surtout pour ceux qui croient encore que le titre d’économiste a quelque chose à voir avec une compétence de type scientifique, au-dessus ou en-dehors des conflits sociaux pour l’appropriation de la richesse des nations. Un économiste dans la norme, c’est une espèce de fou, payé pour répéter d’innombrables contre-vérités maintes fois démontrées comme telles, mais utiles aux puissants. C’est un prélat de l’inégalité, un ennemi du genre humain, un tueur du peuple grec, un tueur de n’importe quel peuple « s’il le faut ».
Les économistes ne sont pas neutres dans la « guerre des classes », qu’ils nient, mais dont parlent des gens aussi différents que le milliardaire Warren Buffett
ou les sociologues Pinçon et Charlot.

Voici donc, comme à Harvard (dont Papandréou est diplômé), un étude de cas empruntée à la réalité: Dominique Strauss-Kahn économiste.

Bonne lecture!

 

Guy

 

Post scriptum:
…Et au passage, mais ici par pur amour de l’acte gratuit, car ses gesticulations ne trompent plus personne, et non sans lâcheté, vu qu’il lui reste à peu près dix-huit auditeurs éparpillés de par le monde, enterrons du même mouvement Michel Rocard.  Voici ce qu’il disait en mai 2011, en appui à la candidature à la présidence française de Dominique Strauss-Kahn:
« On peut penser, comme citoyen du monde, qu’il y aurait un intérêt à ce que Strauss-Kahn reste à Washington, parce que la mission n’est pas terminée.
Mais la résistance politique des banques est telle que les États-Unis craquent, que la Grande-Bretagne a mis un employé de la City comme Premier ministre, que Madame Merkel a peur, que le Japon se défile.
J’ai longtemps dit le contraire, mais je pense désormais, en citoyen français, qu’il vaut mieux rapatrier Strauss-Kahn, et qu’il puisse agir à travers l’écoute dont bénéficie encore la France sur la scène internationale. »

Cocorico! Ça est une fois au moins aussi pire que de l’économie – mais ça porte un autre nom.



__________________________


DSK côté face

G. Papandréou a été élu triomphalement en Octobre 2009. Il a contacté D. Strauss-Kahn en secret en Décembre 2009. Les deux hommes ont élaboré le Mémorandum I, divulgué en avril et rendu officiel le 3 Mai 2010.

Ce document contient des mesures, depuis appliquées, de baisse de salaires et retraites, augmentation d’impôts et taxes, suppression massive de postes de fonctionnaires, démolition du code du Travail, privatisations, … Les Grecs n’ont jamais connu une telle austérité ni pendant la dictature des colonels (1967-74), ni pendant l’occupation nazie.

Pour faire passer de telles mesures il fallait le soutien européen des élites (universitaires surtout). Sur conseil de DSK, le premier ministre Papandréou, début 2010, embauche comme conseiller Daniel Cohen [1] (de la Banque Lazard [2] et conseiller actuel de Hollande). On citera également d’autres élites rémunérées (tout travail mérite salaire !) de la social-démocratie européenne: Joakim Palme [3], Leif Pagrotsky [4], Tommaso Padoa-Schioppa [5], Lucas Papadémos [6], … et les Banques BNP, Deutsche Bank (Josef Ackermann [7]), HSBC. Mi-septembre 2010, le ministre Pamboukis (Droit, Paris 1) a rencontré à Paris Jacques Attali, accompagné de Cohen. On ignore le rôle d’Attali (et surtout son tarif) dans le « redressement » de l’économie grecque.

Le soutien européen des élites n’est pas suffisant. A Nice le 26 octobre 2011, le « moteur » Merkel-Sarkozy exige et obtient de Papandréou un gouvernement d’Union nationale composé du PS, de la droite et de l’extrême-droite sous la présidence de Lucas Papadémos, de la Banque Centrale Européenne [8].

Le poulain de Sarkozy au FMI a déclaré à son hagiographe Epsein que le jour de son arrestation le 14 mai 2011 il partait pour l’Allemagne rencontrer Mme Merkel afin de résoudre définitivement le problème grec, évoquant un plan « Comprehensive » ! [9] On connaît la suite. Le Memorandum II qui institutionnalise l’austérité et la perte de la souveraineté nationale jusqu’à 2021. Sarkozy, bénéficiant du pacte germano-français (les naïfs l’appellent le « moteur franco-allemand » !), a obtenu que 150 hauts fonctionnaires français iront en Grèce pour réorganiser l’administration (bâtie déjà sur le modèle … français !). Butin maigre par rapport à celui de Mme Merkel.

[1] Daniel Cohen de l’Ecole Normale, ne sort de son bureau que le mercredi. Le reste du temps s’occupe de sa recherche, de ses étudiants et de ses séminaires. Le mercredi donc il fait l’aller-retour Paris-Athènes dans la journée. On connaîtra le montant de sa prestation auprès de Papandréou après la chute du gouvernement PS-droite-extrême droite actuel. Son expérience va servir la France sous Hollande.

[2] Mathieu Pigasse est directeur général délégué de la banque Lazard, patron de Daniel Cohen, ex conseiller au cabinet DSK, proche de M. Valls. Il est co-propriétaire du Monde. Il était l’organisateur de la vente de Libération à Édouard de Rothschild. Son frère est directeur de la rédaction du magazine people Public (ça aide à voter comme il faut).

[3] Joakim Palme, sociologue, fils du premier ministre suédois Olof Palme, a été embauché (communiqué 19.10.2010) comme conseiller par Papandréou, ami de la famille. Il avait comme mission, dotée de 2,6 milliards d’euros, le développement de la Grèce et la baisse du chômage. Aucun rapport ou étude n’ont été rendus publics à ce jour. Le chômage est passé de 9% à 22%.

[4] Leif Pagrotsky, économiste, ex ministre suédois, banquier, membre du club Bilderberg, a été embauché (communiqué 2.5.2010) comme conseiller de Papandréou.

[5] Tommaso Padoa-Schioppa (MIT, ministre, Banque d’Italie, CEE, FMI, BCE, Notre Europe, …) fut conseiller de Papandréou jusqu’à sa mort en décembre 2010.

[6] Lucas Papadémos (MIT) du noyau central du personnel politique de la bourgeoisie internationale, banquier de première classe (vice-président BCE), membre de la Commission Trilatérale depuis 1998 et “ami de l’Amérique”. M. Papadémos est un des artisans du maquillage de la comptabilité grecque avec Goldman Sachs.

[7] Josef Ackermann est le président de la Deutsche Bank.Il a décerné à Georges Papandréou le prestigieux prix allemand Quadriga 2010 qui récompense « l’innovation, le renouvellement et l’esprit pionnier par des moyens politiques, économiques et culturels ». Ackermann est un ami de la famille Papandréou.

[8] Mme Royal est toujours vice-présidente de l’Internationale Socialiste, sous la présidence de Papandréou. Elle a soutenu le plan Papandréou, comme Aubry. Ce dernier maintient que la Grèce a été sauvée grâce à son plan. Le Parti Socialiste grec l’a écarté de la présidence du parti !

[9] Le plan « Comprehensive » du FMI-DSK n’a jamais existé. Les socialistes grecs ignorent son existence. Il s’agit probablement d’un nom de code comme « matériel » qui concerne les autres activités de DSK.

Ce contenu a été publié dans Economie/Finance, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>