Copinage: Lettre ouverte à Anne Hidalgo, maire de Paris, par Badia Benjelloun

5 minutes

Badia Benjelloun est parisienne.
Elle écrit une lettre ouverte à la maire de sa ville, que vous pouvez lire ci-dessous et/ou télécharger en format PDF.
À méditer et à diffuser!

—————————————————————

Madame la Maire,

Plus de 6 millions de réfugiés demandent leur retour

Actuellement ils sont six millions de Palestiniens dont la plupart vivent dans des pays de l’Orient arabe et continuent d’espérer retourner à leur terre dont ils ont été expulsés et dépossédés.

Des Palestiniens vivant en Cisjordanie, un bon tiers sont des déplacés de 1967, vivent sous une occupation militaire qui leur inflige des restrictions de tout ordre. Leurs déplacements sont contrôlés et limités par des centaines de postes militaires, leurs droits de s’établir, de posséder un terrain et d’y construire une demeure sont soumis au caprice de l’occupant. Chaque jour, sous des prétextes divers, et souvent sans autre argument qu’une simple requête militaire, des terres sont confisquées à leurs propriétaires et des maisons sont rasées.

Parmi les mille moyens employés par l’occupant pour faire peser son oppression, l’emprisonnement est l’un de ses procédés de choix. Depuis 1967, près de la moitié de la population adulte masculine est passée par les geôles du colon. En permanence, quatre cents enfants sont détenus. Cet acharnement pénitentiaire vise à briser la volonté de ce peuple par la torture et l’arbitraire…

La Palestine est aux Palestiniens depuis la nuit des temps.

Refuser le retour des réfugiés, c’est faire acte de négationnisme de 3.000 ans d’histoire.

Neuf ans de blocus, qui dit mieux ?

Et quel blocus ! La population de Gaza après avoir vécu une occupation rendue terrible par des colons fanatiques secondés par une armée qui ne l’était pas moins, vit sous blocus terrestre, aérien et maritime depuis 2007, sans compter les agressions de l’armée d’occupation qui décime sa population et détruit ses infrastructures au rythme régulier d’une fois tous les deux à trois ans.

Il est vrai que nul ne vous a entendue protester contre un quelconque blocus, surtout pas celui qui a tué plus 500.000 enfants irakiens.

Le Naqab, les Bédouins palestiniens martyrisés

Les Palestiniens du Naqab subissent des expropriations de leurs terres et des destructions de leurs villages ‘non reconnus’, depuis 1948 de façon continue et inexorable.

Déni du droit

Aucune négociation depuis la déclaration unilatérale de la création de l’État juif en 1948 sur la terre de Palestine n’a pu aboutir à ce qu’il respecte la moindre des résolutions de l’ONU. Au mieux, les puissances occidentales, se déclarant communauté internationale, déplorent et regrettent que le gouvernement de Tel Aviv poursuive la construction de colonies. Cette poursuite de la colonisation spolie davantage les Palestiniens et rend impossible la solution des deux États.

Action non violente réprimée : la violence encouragée ?

L’appel à « Boycott, Désinvestissement et Sanctions » est une réponse non violente à cet État qui fait progresser la colonisation criminelle en dépit du droit international.

Si cette action civile, citoyenne, non violente était interdite alors, cela sera interprété comme un encouragement aux actions violentes par tous ceux qu’indigne l’injustice de la colonisation de la Palestine avec ses crimes et ses exactions inévitables.

Votre facilité à obtempérer aux ordres du CRIF qui répercute en France les recommandations du régime de Tel Aviv vous range parmi les collaborateurs d’un système qui déstabilise le monde et le met en danger.

Gilad Erdan, ministre préposé à la Sécurité, a récemment organisé une conférence secrète et a réuni près de 150 partisans de l’État sioniste. L’image de la ‘seule démocratie’ du Proche Orient est ternie au point qu’à peine 30% des étudiants juifs aux USA ajoutent foi à la légende, entretenue à force d’une coûteuse propagande, qu’Israël est une démocratie. Au point que le terme ‘sionisme’ est devenu un sale mot pour l’élite politique étasunienne. (*)

N’avez-vous donc pas pris la mesure de l’échec de l’initiative fort mal venue de la ville de Paris que vous avez infligée l’été dernier, ‘Tel Aviv sur Seine’ ?

Les Parisiens ne sont pas prêts à s’engager auprès de vous pour un nouveau déni du droit des Palestiniens.

*

Madame la Maire de Paris, je vous annonce que je soutiens la campagne BDS, que je continuerai à boycotter les produits provenant d’une entité dédiée à la colonisation et promouvrai ce boycott de toute mon énergie.

C’est la seule arme dont je dispose, les sionistes la redoutent car elle est d’une grande efficacité symbolique. Toutes les mesures prises à son encontre la rendent plus populaire et la disséminent.

 

Badia BENJELLOUN

Paris, le 27 février 2016

(*) http://mondoweiss.net/2014/11/zionism-american-concedes

Ce contenu a été publié dans Démocratie représentative, Droits humains, Palestine, Socialisme de gouvernement, Triomphes du capitalisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Copinage: Lettre ouverte à Anne Hidalgo, maire de Paris, par Badia Benjelloun

  1. Julie Cotsaftis dit :

    Je trouve le boycott de la politique d’Israël très juste, cette lettre exemplaire, et les réactions/actions politiques occidentales en général nauséabondes.

    Merci Badia. Tout mon soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *