La vision que Macron porte sur les gilets jaunes est complotiste

Affiche de l’association anticommuniste Paix et liberté, 1952. En titre du billet de F. Lordon

Affiche de l’association anticommuniste Paix et liberté, 1952. En titre du billet de F. Lordon

Bonjour!

Il est toujours stimulant et rafraîchissant de consulter le blog de Frédéric Lordon, La pompe à phynances.
Condrozbelge
ne s’en lasse pas.

Voici son billet du 2 février 2019: « Le complotiste de l’Élysée » .
Au sommaire:

– Comment Macron voit les gilets jaunes: manipulés par l’extrême-droite, par l’extrême-gauche, et par « l’étranger » (comprendre: Moscou.) Ahurissant. Ce sont des enregistrements « off » donnés par Le Point, auxquels par la suite, sans surprise, les médias n’ont pas donné la place qu’ils méritent.

– Comment et pourquoi RT, ou RussiaToday, chaîne de télévision et site russe dans sa version française (où Frédéric Taddéi a trouvé un employeur qui lui laisse la liberté qu’il ne trouve plus dans les télévisions françaises), a un boulevard ouvert en France, sur fond de « honte du journalisme français » entre obsessions ressassées et dénis. « …C’est qu’en effet RT se porte bien en exacte proportion de ce que les médias officiels font défaut.« 

– Comment bien sûr, RT reste totalement poutinien.

– Comment au final Emmanuel Macron accumule les raisons de se faire détester, à l’encontre de son supposé désir de durer.

(…) l’anticomplotisme est devenu par excellence la grammaire disqualificatrice des pouvoirs installés, à qui ne reste d’autre argument que de saturer le paysage avec des errements, au reste fort minoritaires, pour ne plus avoir à engager la discussion sur les contenus. Or, les hommes de pouvoir vivent dans l’élément du complot — ils se souviennent très bien des moyens qui les ont fait parvenir, et s’inquiètent sans cesse, à raison, de ceux qui pourraient les faire tomber : des complots en effet — entre ici, Carlos Ghosn. De là que toute leur vision du monde en soit teintée, et qu’en vérité ils soient incapables de penser autrement, et puis, par imprégnation (et insuffisance), tous ceux qui vivent dans leur proximité et importent leurs formes de pensée — éditorialistes, journalistes politiques. Macron sait très bien de quel concours organisé il est le produit : financement des plus fortunés, portage par tous les lobbies de la richesse, soutien de la presse du capital. Racisme social aidant, la spontanéité des Jojos ne saurait à ses yeux constituer la moindre menace sérieuse, au reste, ont-ils quelque raison réelle de se plaindre ? Les Jojos ont donc forcément été manipulés — par une puissance supérieure, c’est-à-dire équivalente à la sienne.

(…)

Il faut dire que tout ce que le pays compte d’élites auto-proclamées (par définition anticomplotistes) s’en est monté le bourrichon jusqu’à se créer une obsession maléfique au pouvoir explicatif universel : « c’est les Russes » — soit à peu près la définition canonique du complotisme.
En tout cas, on savait déjà que Macron ne comprend rigoureusement rien à la société qu’il prétend diriger, mais il est bien certain qu’avec ce pâté dans la tête, ses vues ne sont pas près de s’éclaircir. Sur aucun sujet d’ailleurs : «
Si on veut rebâtir les choses dans notre société », poursuit-il, décidément bien allumé, « on doit accepter qu’il y ait une hiérarchie des paroles (…) Celui qui est maire, celui qui est député, celui qui est ministre a une légitimité. Le citoyen lambda n’a pas la même » — passe ton chemin, Jojo.

Ce contenu a été publié dans Démasqué !, Démocratie représentative, Extrême-centre, Gilets jaunes, Triomphes du capitalisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.