Je n’oublie pas

Gaz Gaza

(Photo G.L.)

(En PDF)

J’étais à peine endormi, me semblait-il, qu’un cauchemar m’a réveillé. La dernière phrase du rêve, avec son verbe en relief, résonnait à mes oreilles et figeait ma conscience : « Alors Hitler gaza les juifs. »
Gaza.

Je me suis levé, je suis descendu à la cuisine. Reprenant mes esprits devant un verre d’eau, je découvre la petite flamme de la cuisinière qui brûle toujours sous le diffuseur, depuis le dernier thé de la soirée. J’avais oublié d’éteindre le gaz! Comme une mauvaise ligne de défense d’Eichmann à son procès.
Je n’avais pas échappé à la dernière et sinistre actualité de Gaza. Plomb durci est le nom que les communicateurs de l’armée israélienne lui ont donné. Pour moi c’est, Gaza le blocus, Gaza les réfugiés, Gaza prison, Gaza envahie, Gaza sous les bombes, Gaza les enfants… À Gaza, des écoles, et même le zoo ont été bombardés. Alors de temps en temps, le gaz se fait oublier dans ma cuisine.

Gaz et Gaza me font problème.

Gaza est un des lieux de la planète où il n’est pas bon d’avoir vingt ans. On y voit de jeunes garçons jeter des pierres sur des blindés. C’est un jeu qui n’est pas drôle, un jeu dangereux. Un jeu auquel je ne me suis pas livré dans ma jeunesse, ni vous, ni personne parmi nos amis et connaissances. Un jeu que personne ne choisit pour ses enfants. Un jeu auquel jouent ou ont joué très peu de jeunes au monde, un jeu qui dérange et qui pose question.
Nous souhaitons que les jeunes Palestiniens nous fichent la paix. La paix ! Nous n’aspirons qu’à la paix. Qu’ils s’occupent de… des olives, de musique, de mobylettes, de leur petite amie, de leur verre de bière ou de thé, d’un boulot et de vacances. Que les jeunes Palestiniennes aient d’autres choix que le repli, la peur, le deuil. Qu’elles étudient ou travaillent. Qu’elles nous fichent la paix.
J’ai un cerveau. Un coeur. Des tripes. Une mémoire. Des blessures. Des infos. Et même: de l’imagination.
Donc… j’imagine.
Avoir vingt ans en Palestine. À Gaza.

*

Bien.
Imagine est aussi une chanson célèbre, dans une langue qui n’est pas la nôtre. Vous connaissez son texte.
Bon.

…Vous êtes toujours là ?
Réveillé ?
Pardon ?
Vous dites que vous veillez ?

Ah !
Nous ne sommes pas tout à fait seuls.
Je peux dormir en paix.

 

*  *  *

La campagne qu’Israël baptisa « Plomb durci » eut lieu du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009.
Imagine de John Lennon, texte et chanson : http://www.lacoccinelle.net/243444.html

Ce contenu a été publié dans Palestine, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *