« Je suis le cadavre de l’Autre »

Bonjour!

Formidable voix kurde sur le site Kedistan.net.

…Et terrifiant destin de ce peuple de 45 millions d’humains privés d’État, en butte aux maîtres d’Ankara, de Damas, de Téhéran, de Bagdad, dans le silence assourdissant des démocraties libérales, si promptes à s’auto-célébrer et à piétiner leurs chartes pour le commerce des armes et des ressources mondiales.

Voici le texte:

Je suis le cadavre de l’Autre…
Le Kurde que vous appelez “terroriste”.
L’Arménien que vous insultez.
Le Grec dont vous avez confisqué la maison,
le Tsigane que vous virez, l’Arabe que vous méprisez.
L’Alévi dont vous marquez la porte d’une croix,
le chrétien dont vous caillassez les vitres, le Chaldéen que vous menacez.
L’Autre que vous discriminez.

Je suis le cadavre de l’Autre…
Je suis la femme que vous agressez, l’enfant dont vous libérez le violeur.
Le LGBTI que vous poignardez.
Le clochard que vous bousculez…
Le vieux que vous abandonnez dans sa solitude,
l’orphelin que vous cadenassez dans une pièce.

Je suis le cadavre de l’Autre…
L’enfant devenu orphelin à Ermenek,
le mineur reçu à coups de pieds à Soma,
la mère qui lève ses mains au ciel à Reyhanlı
Je suis le père qui met son enfant dans le tombeau,
L’enfant dont la seule photo avec son père est prise dans le cimetière.
La mère du samedi qui cherche toujours les os de son enfant.

Je suis le cadavre de l’Autre…
Je suis les larmes de la mère de Hacı Birlik,
dont le corps fut traîné derrière un blindé.
Je suis le regard gelé du Cemile
dont le corps a été mis dans un congélateur.
Le destin du père d’Aziz, qui se bat depuis deux mois,
pour récupérer la dépouille de son enfant.

Je suis le cadavre de l’Autre…
Le mouchoir blanc dans la main de maman Meryem.
L’entêtement d’Ethem, le sourire d’Ahmet,
la chaussure trouée de Hrant.
Le vélo que Veysel n’a jamais pu monter.
Je suis la douleur du bébé de 35 jours.

Je suis le cadavre de l’Autre…
Ali, que vous avez tué en le tabassant.
Berkin que vous avez tué en visant la tête.
Kevser que vous avez mise nue.
Le paysan que vous avez massacré à Roboski,
A Suruç, le jeune qui apportait des jouets à Kobanê.

Je suis le cadavre de l’Autre.
de ceux ou celles que vous ne finissez pas de tuer,
de ceux et celles que vous bousculez, dont vous niez l’existence,
que vous n’arrivez pas anéantir…
dont vous ne vous rassasiez pas de la mort,
vous ne vous lassez pas, vous n’avez pas de honte…
de ceux et celles que vous n’arrivez pas à intimider,
à écraser, à faire disparaitre…

de ceux et celles que vous ne réussissez pas à faire taire,
que vous ne pourrez jamais museler.

Leyla Alp , T24 (en turc)

Ce contenu a été publié dans Démocratie représentative, Droits de l'homme, Triomphes du capitalisme, Union Européenne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *