1933: Citroen, le bordel capitaliste, dit par Jacques Prévert

André Citroën perdit des millions au casino et licencia tous les ouvriers des quais de Javel (là où se situait sa plus grosse entreprise)        (histoiresordinaires.fr)

On avait vu en 1925 une publicité lumineuse pour Citroën prendre toute la hauteur de la tour Eiffel. Elle est évoquée dans le texte. Les millions joués aux casinos aussi. Les réductions de salaire de même.

Dans Citroën, Prévert fustige André Citroën et soutient la grève qui fait rage à la suite des diminutions de salaire (de 18 à 20 %) préconisées, tandis que Citroën engrange sur les deux exercices précédents 186 millions de bénéfice. Le Groupe Octobre dira à de nombreuses reprises le texte de Prévert à la foule médusée des grévistes (entre le 18 mars 1933 et la fin de la grève qui ne surviendra qu’en mai 1933).
Aux Olympiades internationales du théâtre ouvrier, de Moscou, en juin 1933, Octobre remporte le 1er prix en présentant trois pièces dont Citroën.      (Wikipedia)

 

Ce contenu a été publié dans Salariat, Triomphes du capitalisme, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *