Voter PTB

Intro

– Salut!
– Salut.
– Tout va bien?
– Oui, merci. Aussi bien que possible vu les circonstances.
– …Oui. …Et dimanche, les élections.
– Oui. Les deux gagnants sont déjà connus.
– De moi, oui.
– Ha ha. Le PTB et Ecolo.
– Évidemment.

Ecolo

– Ecolo veut le pouvoir.
– Oui, il y croit. Il croit qu’il suffit que lui soit au pouvoir pour que tout progresse.
– Tout? Chez Ecolo, je ne sais pas très bien ce qu’est le tout. Dans ses discours de campagne, je sais, j’aurais pu te dire leur contenu il y a un an, parfaitement prévisible.
– Ah oui ? C’est ce qui s’appelle le déclaratif.
– D’abord leur « tout » , c’est l’écologie. Ils font semblant de croire que tout est en place pour régler les défis, qu’il manque juste Ecolo à la barre, associé avec n’importe quel CDH, PS ou MR.
– Ha ha. Comme les colonels grecs qui, arrivés au pouvoir, disposaient d’emblée de toutes les lois qu’il leur fallait pour exercer la dictature.
– Ça n’a rien à voir mais tu as raison. Dans ce sens-là, ça marche souvent tout seul avec les démocraties représentatives.
– Mais pour Ecolo, ça tient du rêve.
– C’est à voir! De quoi rêve la bureaucratie Ecolo ? On savait qu’Ecolo, qui fait son yoyo entre 12 et 20 % de temps en temps, a un électorat flottant venant du CDH et du PS, et voilà qu’on découvre qu’il en a du MR.
– Les salauds, ha ha ha. J’ai trouvé la com d’Ecolo en effet très attentiste et très floue.
– Ils veulent le pouvoir. Et ils veulent des électeurs venant des trois vieux partis, soutiens tous les trois il est vrai du même mix austéritaire.
– Un mix? Une myxomatose, oui ! Je ne pardonnerai jamais à Ecolo d’avoir signé l’austérité européenne. Ça nous fait quatre vieux partis.
– C’est bien là qu’est le « tout » à régler selon Ecolo. Ils sont extrêmement douteux sur le plan social.
– Ils ont quelques personnalités honnêtement de gauche…
– Oui, mais pas représentatives de ce que fait structurellement leur parti!
– Il est vrai que j’ai déjà causé avec certains de leurs responsables qui ne veulent rien savoir en-dehors de l’urgence climatique, le reste comptant pour zéro. « Il y a UNE priorité ! » , ai-je entendu me crier. Ça m’a glacé.
– Je me méfie comme de la gale des programmes qui ne mettent pas au premier plan la montée des inégalités et la souffrance sociale.
– On est d’accord.
– Et chez Ecolo, à part d’être largement éloigné de cette souffrance, quoi qu’en disent les programmes obligés, on est bisounours avec le capitalisme !
– Ils copinent avec le capitalisme, le capitalisme les aime !
– Ou l’inverse. Quand je pense à Ecolo à sa création : refus du cumul simultané des mandats, limitation à deux mandats dans une vie, refus de la politique personnalisée (des arguments, pas des photos de candidats sur les affiches), pas de participation au pouvoir sans suppression des centres fermés pour sans-papiers…
– Oui, c’est terrifiant.
– Chaque fois qu’une assemblée houleuse a voté une participation au pouvoir à 60-40 %, la moitié des 40 sont partis.
– Épurations internes ! Ils croient que décider à la moitié des voix plus une, c’est de la démocratie !
– Et aujourd’hui, Ecolo a une classe de « cadres » de moins de 35 ans qui n’ont jamais bossé ailleurs que pour le parti. Hors sol ! Ils sont jeunes et représentent la direction du futur, et ils sont hors sol.
– Bon, soyons justes : on n’est pas sûr qu’il y aura un futur.
– Ha ha ! Pour ce qui est du passé récent, ils ont perdu quelques centaines de ces «cadres» sémillants, avec le dernier changement de majorité en cours de législature à la Région wallonne.
– Ouais. Ils veulent le pouvoir.
– Mon dieu… (Je suis athée, dieu merci, disait Buñuel) …la politique professionnelle… c’est une contradiction dans les termes.
– Si l’on donne un sens digne de ce mot à « politique », évidemment ! La démocratie représentative nous dit que la politique est une profession, que le citoyen vote une fois toutes les lunes, que la moitié des voix plus une est une façon démocratique de décider…
– …Et que les vaches sont bien gardées ! Heureusement le réel et la grande Histoire nous montrent autre chose !
– Oui ! Les gilets jaunes par exemple.
– Formidables, les gilets jaunes. Tu remarqueras qu’ils ont évité le « piège électoral », comme disent les observateurs bienveillants.
– Oui, malgré la propagande représentative, on voit bien que le parlementarisme ne fait guère avancer les choses.
– Évidemment ! Si de grandes masses bougent, en rue, dans les entreprises, c’et là que ça démarre.
– Bref, voter gagnant avec Ecolo, c’est pas très sexy.
– Alors là, pas du tout…

PTB

– Et le PTB alors ?
– Le PTB est un emmerdeur. Mais il a fini par s’imposer.
– Grâce aux élections, qui justement, au départ, ne sont pas son terrain d’élection. Ha ha.
– Tu veux dire qu’ils ont toujours travaillé en-dehors des élections.
– Oui. Les maisons médicales depuis des décennies. Les piquets de grèves pour lesquels ils sont les seuls, élus ou militants, à venir sur place soutenir les mouvements. Les manifs, la rue, justement.
– Comme les socialistes de la première heure.
– On peut dire ça !
– Leur « bureau d’études » aussi a fini par imposer quelques sujets.
– Leur option anti-capitaliste ne fait pas de doute.
– Le MR dit qu’ils feraient de la Belgique un Vénézuela !
– Charmante attention, et brillants cerveaux dignes d’un meilleur objet !
– Le PS dit qu’ils sont populistes.
– Ça c’est le mot qui tue !
– Dans leur bouche, ça veut quasiment dire qu’ils sont d’extrême-droite.
– Le PS a un formidable service marketing.
– Magnette dit qu’ils ne veulent pas prendre leurs responsabilités.
– Magnette est un génie! Il rêve de les étreindre pour les étouffer, les saboter, les déconsidérer.
– Évidemment. Ça se voit comme le nez au milieu de sa figure.
– Alors que le PTB ne veut participer au pouvoir que s’il peut introduire des pans significatifs de son programme.
– C’est évident! Tout cerveau en état de marche ferait pareil à leur place.
– Nationaliser l’énergie et une partie des banques… C’était tout à fait au programme du parti socialiste encore belge en 1945.
– En effet! À une époque où aux États-Unis on taxait jusqu’à 80 % l’héritage des toutes grandes fortunes, celles des propriétaires d’usines par exemple.
– Le monde avance, y a pas à dire.
– J’ai des amis troublés par l’argument selon lequel voter PTB, c’est favoriser la droite puisque le PTB ne participera pas au gouvernement.
– Quelle droite ? On a vu le PS au pouvoir ! Et Di Rupo dans l’opposition pleurer en janvier sur l’exclusion du chômage que son gouvernement avait votée l’année juste avant.
– J’ai répondu que je ne peux pas appeler « de gauche » des partis qui ont voté l’austérité européenne.
– …Tiens, tu as vu l’enquête de l’asbl Fin du Nucléaire auprès des partis politiques sur la fermeture des centrales les plus dangereuses ?
– Oui! Le PTB est le seul à se prononcer pour leur fermeture immédiate!
– C’est dingue, les partis écologistes ne se prononcent pas sur ce point.
– Il doit y avoir une raison!
– Ha! Mais laquelle donc?
– Ne médisons pas.
– Non. On va dire : « Sans commentaire » .
– Le PTB est vraiment un emmerdeur.
– Ils sont les seuls à parler aux gens qui souffrent.
– Je suis d’accord. Ça fait de la francophonie belge une région d’Europe où l’extrême-droite ne décolle pas.
– Ha ha, le PTB est ce qui manque à la France!
– J’ai entendu, aux dernières élections communales, des gens qui se réclament de la gauche assurer très doctement que le PTB avait fini de progresser électoralement.
– Brillant!
– C’était à Liège, où ils sont passés de deux à neuf conseillers!
– Brillantissime!
– Tu as déjà vu des vidéos Youtube de Raoul Hedebouw au parlement fédéral?
– Bien sûr! La Belgique n’avait plus vu ça depuis longtemps.
– Dans une de ses dernières, il promet la réalisation d’un cauchemar à la droite et à la NVA. Il ne sont que deux à la Chambre, mais bientôt ils seront quelques-uns de plus.
– Ça m’a l’air écrit dans les astres!

Voter, ou pas ?

– Donc si on vote PTB, on votera gagnants.
– Yesse! C’est même pas la peine de voter!
– Mais si!
– Mais pourquoi? Même si toi et moi on ne vote pas, le PTB gagnera quand même.
– Oui ! Mais si nous votons PTB, nous pourrons chanter victoire.
– …?
– C’est comme au foot, les élections. Nous pourrons chanter « We are the champions » ! La vraie vie continue le lundi.
– C’est vrai ça. Ça nous changera du Standard.
– Et d’Anderlecht !

Ce contenu a été publié dans Démocratie, Démocratie représentative, Economie/Finance, Gilets jaunes, Triomphes du capitalisme, Union Européenne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Voter PTB

  1. Hellin dit :

    Moi, Guy, je ne voterai JAMAIS PTB.
    1° Je sais ce que signifie le cococommunisme, et j’ai trop d’estime pour le POUM ou la CNT pour voter pour ces mecs-là.
    2° Ils me font chier avec leur « travail ». …Le Parti du Travail… Moi ça me fout les boules jusqu’au ciel. Ça colle trop avec le reste. Puis j’aime pas les mecs coupés ras.
    3° Ils ne gouverneront qu’en cas de majorité absolue (ce qu’heureusement ils ne sont pas près d’avoir) et alors on les verra, avec toutes leurs armadas de vérités, de censure et de beaufreries).
    4° Je maintiens, même si je reconnais le bon travail d’Hedebouw à la Chambre (mais les autres ?????)

    • G L dit :

      Merci Patrick.
      J’espère que tu n’as pas voté pour Ecolo à aucun des trois suffrages! Ecolo a signé le traité austéritaire européen, et ça suffit comme critère: ce traité tue sans fusils. Si le PTB est un parti communiste comme l’espagnol d’il y a nonante ans, qui a torturé et tué des membres du POUM et de la CNT, alors, je retire tout. Mais il me faudra une autre preuve que le mot « communiste ». Staline est mort et ne pilotera pas le PTB, et l’URSS n’existe plus! Et si le PTB trouve très bien que les chars chinois aient roulé sur la foule à Tienanmen il y a tout juste 30 ans, je retire tout aussi.
      Avec ça, on peut aussi ne pas voter, comme le fait un électeur belge sur cinq, pour toutes sortes de raisons et non-raisons. Je n’ai aucun problème avec ça. En attendant je vote avec ceux qui souffrent et n’attendent rien des gouvernants, Ecolo compris.

      • Hellin dit :

        Staline mort ? Allons Guy un peu de bon sens. Ces gens-là ne meurent jamais. (s’il est mort, alors je retire tout). Il suffit que les conditions soient adéquates. Puis le mot « travail », non, vraiment non. Du moins il partage ça avec les libéraux, l’amour du « Travail »

        • G L dit :

          Tu marques un demi-point. Que Staline soit mort n’empêche pas que la pathologie de type stalinien ne revienne un jour. Mais je n’ai pas dit « Si Staline est mort, je retire tout ». J’ai dit que si le PTB était le même parti que le PC espagnol de la guerre d’Espagne, alors je retirais « tout », ceci signifiant dans le contexte « tout » mon texte en faveur du vote pour le PTB.
          Pour le mot « travail », je passe mon tour. C’est en français un mot à chausse-trappes. (Un linguiste a mis tout ses confrères d’accord, « tripalium » n’est pas l’origine du mot « travail ».) La CNT espagnole aussi était « du Travail ». En revanche le salariat me paraît une forme d’esclavage pour le grand nombre.

        • Hellin dit :

          J’oubliais : en toute confraternité de gauche, hein, bien entendu. Nous savons tous que les érections sont des pièges à cons, depuis le temps. C’est pour cela qu’il nous faut des gouvernants mous, hésitants, velléitaires, tâtonnant, irrésolus, indécis, flottant, peu déterminés, des amateurs de pêche à la ligne , de pâtes au jambon/beurre et de gros rouges, voilà les gouvernants que je désire, pas trop de décidés, sans grandeur aucune, imprécis et désorientés. Bref des minuscules pour les petites tragédies
          du quotidien.

  2. Antonia dit :

    Je peux signaler une épine dans le pied du service marketing du PS. Le Bureau du Plan, on a ça en Belgique, a calculé que le plan « Kiwi » du PTB fonctionnerait, et rapporterait 600 millions à l’Etat.

  3. Pierre dit :

    Salut!
    Ce qu’il y a de bien quand on vit à l’étranger c’est que vous pouvez voter par correspondance sans que ça soit un tralala.
    Donc j’ai voté PTB l’autre jour, et hop envoyé par recommandé avec accusé de réception ; terminé.
    Pourquoi? Parce qu’il n’y a pas de prise de position quand à l’abstention en Belgique et deuxio (mais ça aurait du être primo), il y a quelques années, j’ai pris les politiques d’austérité en pleine gueule, pas d’autre mot. J’ai failli en claquer et ne m’en remettrai plus.
    Je me suis aussi dit qu’en Belgique ça valait la peine d’encore voter, en France ça n’a plus aucun sens.

  4. Vincent Grégoire dit :

    C’est bien écrit Guy !
    Mais voter PTB… hem ! Comme tu l’as remarqué, il ne participeront jamais à un gouvernement, donc où est l’intérêt ? Et à part les vidéos tonitruantes de Hedebouw, ils se signalent par une grande … inactivité dans les parlements.
    Soyons pragmatiques, que veut-on comme gouvernement, ou plutôt, que peut-on avoir comme majorité ? En Wallonie, ce sera PS/Ecolo ou Pire PS/Ecolo/CDH, ou encore MR/CDH si le PTB ramasse beaucoup de voix. Autant dès lors voter pour… Ecolo. Au Fédéral si on ne veut pas réitérer la cata suédoise, on doit voter, massivement, pour le PS. Voter PTB ne fera qu’affaiblir la gauche et replacer Charlemiche sur son trône.

    • G L dit :

      Merci Vincent. Je ne répondrai pas la calculette à la main. Je ne vote pas pour des partis qui ont voté l’austérité européenne, c’est non négociable. Et s’il y en a un qui veut se repentir, il faudra que ce soit convaincant! En surimpression, je vote avec ceux qui souffrent, càd avec ceux qui votent PTB, …ou qui font blanc-nul-abstention. Depuis dix ans, je vote, et avant, je ne votais pas. Seras-tu surpris que je n’en aie aucun regret? Franchement, je n’ai rien raté!

  5. Marc Delrez dit :

    Merci Guy, super cette manière d’écrire sous forme de dialogue, et largement d’accord avec les idées exprimées.

    Tu viendras chanter victoire avec les emmerdeurs à la Caserne Fonck dimanche?

    Bizz,

    Marc

  6. Maxime Lamy dit :

    Bien.
    Sans doute même très bien.
    J’aurais préféré Ecolo orthographié Écolo.
    Mais c’est une broutille, face au dialogue incisif de ces deux amoureux du ballon.
    PTB : Poivrots très brillants !
    PTB : Personnalise ton bulletin !
    PTB : Pèle ta banane !
    Bref : bravo pour ce compendium de la doctrine de Raoul !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *