L’Union européenne, au secours!

Les Dessous de Bruxelles, site Internet de dépollution mentale de la semaine

ENVOI:

 

«Ce qui est en train de se passer est une révolution silencieuse – une révolution silencieuse vers une gouvernance économique plus forte. Les États membres ont accepté – et j’espère que c’est ainsi qu’ils l’ont entendu – que les institutions disposent désormais d’importantes prérogatives concernant la surveillance et le contrôle strict des finances publiques.»

 José-M. Barroso, président de la Commission européenne, à l’European University Institute, Juin 2010

«Le problème, c’est que, dans leur pays d’origine, les politiciens doivent obtenir des voix. Tandis qu’au sein de l’Union européenne ils peuvent avoir une vision d’ensemble.»
Caroline Walcot, secrétaire générale adjointe de l’ERT (European Round Table of Industrialists)
(Note de l’auteur:   Pour rappel, l’ERT, ce sont les vilains capitalistes qui entre autres projets grandioses ont préparé depuis plus de trente ans une mainmise sur l’enseignement, désormais bien avancée, dans une Europe de quarante sept pays. – Voir les livres de Nico Hirtt)

 

*

 

Bonjour!

 

Si vous vous souvenez qu’un pays qui serait gouverné comme l’est l’Union Européenne, verrait sa candidature à ladite Union rejetée pour « manque de démocratie »,

Si vous voulez des portraits un peu débarrassés de l’eau de rose où on les noie d’habitude, des « pères » de l’ « Europe » (ouh! mais laquelle, ô laquelle?),
Jean Monnet
, prononcez money, avant tout banquier et affairiste, avec quelques années manquantes dans sa biographie, Paul-Henri Spaak, belge et ex-socialiste, spécialiste du retournement de veste, Robert Schuman, allumé du Saint-Esprit,
tous plus américanophiles les uns que les autres, au point que je me demande si le projet de l’Europe Unie n’est pas d’abord un projet US d’une US bis sur le vieux continent, un rêve de clonage, quoi,
ou de ceux, sans ombres, des plus récents, Herman Van Rompuy en catho haikuphile coincé – et surtout un peu anodin !, Davignon le vicompte  (orthographe vérifiée),
José Manuel Barroso et sa bande de « commissaires à gages » , salués comme des « tchatchériens » par la presse britannique,
et de quelques autres,

Si vous aimez regarder dans le fond des yeux cette dite Union européenne, qui fait froid dans le dos à tout vrai démocrate, parce que vous ne voulez pas mourir idiots, mais au contraire vivre quelques années verticalement d’abord, et que vous savez avec La Boétie, qu’ « ils ne sont grands que parce que sous sommes à genoux » ,

Si de temps en temps, par souci de salubrité mentale, ce qui est un besoin vital dans le vacarme médiatique, vous aimez lire ou relire les « fondamentaux » des grandes impostures idéologiques indispensables à l’entretien de la démocratie partiale et partielle qu’est la représentation, laquelle a « pour vocation », expression empruntée à la novlangue bling-chic du gouvernement français, de tenir les peuples en minorité,

Si vous avez plaisir à lire quelques descriptions décapantes et sans révérence des machinations et de l’hypocrisie des mercenaires qui nous gouvernent en attendant de finir comme l’humaniste chrétien Jean-Luc Dehaene et tant d’autres, qu’ils s’affirment socialistes, réformateurs, démocrates, libéraux, sociaux, centristes, libertaires, écologistes ou ekologistes, dans des conseils d’administration de multinationales ou des conseils de consultance-counseling à haute redevance numéraire, si vous aimez le décapage, la déconstruction, de ces châteaux de cartes idéologiques, car cela vous rend plus intelligent et plus vivant, sans devoir vous-même procéder au décodage de l’actualité telle que décrite par la presse à l’eau tiède (« mainstream » ), vu qu’il vous plaît de garder votre vitalité pour autre chose que vous nettoyer les oreilles d’un torrent de mensonges et d’approximations.

Si…

Ah ah !

…Pour toutes ces raisons, qui sont loin d’épuiser le sujet… Notez dans vos favoris l’adresse de cette « échoppe tapie dans l’ombre » qu’anime « une poignée de guerrilleros luxembourgeois »  et lisez ce blog de dépollution mentale à haute matière grise ajoutée, qui a pour nom Les Dessous de Bruxelles.

L’actualité en cours, c’est: où en sommes-nous dans la socialisation des pertes de l’après-crise financière, la continuation de la privatisation des bénéfices ayant été assurée par déplacement des risques sur les États?
Entre ruine des États et austérité maximale pour les plus faibles, où en sont les triomphes du capitalisme et de la démocratie représentative ?

Bon remue-méninges!

Guy

Ce contenu a été publié dans Union Européenne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.