Les zélus agissent sans mandat

 

oligarchie ça suffit2222

Bonjour!

Notre démocratie représentative est censitaire et cooptatrice.
Censitaire, de cens: le pognon. Et cooptatrice, de cooptation: l’élection des copains, par les copains.

Captatrice.

Censitrice et cooptataire.
Censurataire, corruptatrice.
Cooptotruque.
Coropto, crocoptro, copro, copro.
Coprocratie. Voilà le mot que je cherchais. Il me palît celui-là, il me plaît!

Et cooptataire.
Il y a du coléoptère là-dessous et les humains n’ont pas encore fait la preuve qu’ils valaient mieux que les termites ou les fourmis, autres espèces non pas sociales mais vivant en colonies, auto-colonisées. Selon l’avertissement que Jean-Paul Sartre nous donnait: Si nous voulons être autre chose que des fourmis ou des termites…

Le coléoptère en chef Elio Di Rupo vient de signer une prolongation de la centrale de Tihange. Vu que vous avez voté, ou, vu que vous auriez dû voter vu que le vote est obligatoire, vu que, vu que, vous n’avez rien à dire, c’est démocratique et c’est tout vu, et vous êtes vu. Ah! Nous vivons à l’époque de l’image-reine, donc nous sommes vus. Nous sommes vus ! Et rassurons-nous, ou inquiétons-nous, là où le vote n’est pas obligatoire, c’est pareil et ils font pareil.

Il a fallu une question parlementaire pour que l’élu Elio, l’Elio élu, le dise, qu’il avait fait ça, prolonger une centrale conçue pour être morte il y a déjà des années. De son propre mouvement il n’en disait rien. Cette décision assure, malgré certes un petit aspect très affirmé « je vide les tiroirs avant la faillite générale » ou  « à fond devant, après nous les mouches » , qui n’échappe à personne (qui me lise), un gigantesque paquet de profits à venir grâce à une installation sur-amortie – gratuite, quoi. Avec en prime les vrais frais (attendez le démantèlement pendant quelques décennies et la maintenance du chancre post-nucléaire pendant quelques siècles) et les vrais risques (n’importe quelle surprise n’importe quand, pendant et après l’exploitation), avec les vrais frais et les vrais risques pour la population, ce qui va sans dire, et c’est bien normal, le capitalisme c’est le privé, faut pas déconner, la population, c’est le public. Bon. Nous voyons ici que le zélu en chef ne se vante pas de tout ce qu’il fait, même si sans cesse il se vante de ce qu’il a commis, commet et commettra, comme font tous les zélus petits et grands du régime. En effet, sachant que le plus vanté sera le mieux élu, il ne leur échappe pas que la première règle à suivre pour un zélu ou futur zélu se conçoit bien et s’énonce clairement: Vante-toi, le ciel ne te vantera pas.

La presse n’en a pas encore fait des manchettes, télé comprise. C’est une autre question, forcément liée à ce qui précède, car il n’y a qu’un seul monde, comme le martèle le vieil Alain Badiou. La gent journalistique est dramatiquement révérencieuse, révéren(te)(vi)cieuse. (Les détails dans Les nouveaux chiens de garde – le livre, pas le film du même nom et du même auteur, qui est beaucoup moins dense.)

J’ai personnellement trouvé l’info sur un petit site pas trop con, de potins quotidiens liégeois pas trop cons, Today in Liege:

 Le Premier ministre prolonge Tihange 1 avec GDF-Suez

Le Premier ministre Elio Di Rupo a annoncé jeudi à la Chambre (en réponse à une question du député Kristof Calvo) avoir signé il y a peu avec GDF-Suez la convention définissant les modalités relatives à la prolongation de l’exploitation du réacteur nucléaire de Tihange 1, il y a « deux ou trois semaines ».

Une annonce que le député écologiste flamand a qualifié de « scandale absolu » vu la récente polémique autour du géant énergétique, soupçonné d’avoir floué le fisc belge de 500 millions d’euros en 2012 en gonflant les prix d’achat de gaz à sa maison-mère. Il déplore également qu’il ait fallu une question parlementaire en séance plénière pour que le Premier ministre informe de la signature de cette convention.

Cette annonce relative à la signature de cette convention concernant Tihange 1 arrive au lendemain des révélations dans la presse concernant une récente décision de justice contraignant le fisc belge à rembourser quelque 265 millions d’euros d’impôts perçus à Electrabel et d’autres filiales de GDF-Suez suite à une affaire d’évasion fiscale présumée via le Luxembourg.

En supposant, et en espérant, que l’info se trouve ailleurs…

Bien à vous !

 

Guy

 

PS: « Oui, mais, quand même, il y a eu une question parlementaire, donc il y a démocratie! » C’est une vision optimiste, et nécessaire: vive la pensée positive. Le monde peut être noir, si votre pensée est positive, vous le verrez en rose. Si elle ne l’est pas, c’est cent euros la journée de coaching avec nos animateurs certifiés, première journée offerte. Le parlementaire de cette question est un écologiste flamand, et s’il parle de « scandale absolu », c’est parce que le propriétaire de Tihange triche sur les impôts, pas parce que le nucléaire est une roulette russe à l’échelle des populations. Mais voyons, toutes les grandes entreprises trichent sur les impôts, monsieur le député écologiste! C’est même légal! Et heureusement pour l’armée de conseillers fiscaux qui peuple ce pays! Il faut bien que ces boulots à la con survivent. N’oublions pas que ces inutiles ont parfois une famille !

Ce contenu a été publié dans Démocratie, Démocratie représentative, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Les zélus agissent sans mandat

  1. wergosum dit :

    Très riche filon que celui de la coprocratie.
    Le coléoptère coprophage dont question ci-dessus est le bousier, qu’on appelle aussi Scarabée Sacré ou pilulier, à cause de son habitude d’agglomérer des excréments en boules presque parfaitement sphériques. Il roule ensuite les pilules en les poussant de ses pattes postérieures, à reculons. Le pilulier, comme le coprocrate, navigue à l’aveuglette. Il arrive, dit Wikipedia, que des piluliers essaient de piquer leur pilule à un congénère en difficulté. Et de citer Fabre: Vainement, je me demande quel est le Proudhon qui a fait passer dans les mœurs du Scarabée l’audacieux paradoxe : « La propriété, c’est le vol » ; quel est le diplomate qui a mis en honneur chez les bousiers la sauvage proposition : « La force prime le droit. »
    Vraiment, M. Fabre, quelle prémonition! Vous avez prévu la coprocratie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.