CoronaViral, 30 – La Bourse ou la vie ?

« Rapport entre chute du PIB au premier semestre 2020 et morts du Covid-19. Les pays qui ont vu l’épidémie leur échapper tendent à avoir plus souffert économiquement. © Financial Times »

 

Bonjour!

« Le Medef [association des toutes grandes entreprises françaises] exhorte le gouvernement à éviter « l’écroulement » économique que susciterait un nouveau confinement. Céder aux sirènes des patrons qui pensent que cette économie se limite à leur chiffre d’affaires est l’assurance de perdre sur tous les tableaux à court et à long terme, sur le plan sanitaire comme économique ».

La FEB fait pareil en Belgique. Et Medef ou FEB existent en tous pays. C’est la classe des grands patrons, oligarques, financiers, ultra-riches… Mais moins traiter l’épidémie aggrave la situation de l’économie.

Or pour des raisons d’« ajustement », les pouvoirs économiques de la planète, gouvernements, instances internationales comme le FMI, la Banque Mondiale, la Commission européennes, l’OCDE…, ont joyeusement soutenu ou organisé des atteintes majeures à l’activité économique dans de nombreux pays, dont la Grèce est un exemple emblématique en Europe. Pour le Medef français, la FEB belge et leurs consorts, « dans un cas l’écroulement serait inacceptable et dans un autre, il serait ‘nécessaire’ ». Étonnant, n’est-il pas?

En néolibéralisme, on ne peut pas s’attendre à autre chose que « l’encastrement des choix sanitaires dans l’économique » . Rien de surprenant.
Mais comme aujourd’hui « La vie a pris une valeur non monétaire que les économistes ne peuvent intégrer dans leurs calculs », des gouvernement acquis à la doxa néolibérale ne peuvent qu’appliquer « une politique de ‘stop-and-go’, ou d’à-coups, qui ne se construit que dans la réaction et la panique ». C’est là que nous en sommes en Belgique, en France, un peu partout chez nos voisins.

« La France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne qui avaient ainsi été les plus attentistes d’abord, puis les plus restrictifs, se retrouvent donc avec un double bilan négatif.
Quant à la Suède qui avait choisi de ne pas confiner, elle se retrouve certes avec un meilleur bilan que les pays cités plus haut, mais lorsqu’on la compare à ses voisins, le résultat est peu flatteur. Malgré l’absence de confinement strict, la chute du PIB suédois au premier semestre 2020 est supérieure à celui de la Finlande et légèrement inférieure à celui du Danemark, mais avec un nombre de décès six fois plus élevés. Autrement dit, la Suède aura à la fois les conséquences néfastes de la crise économique et un sombre bilan épidémique. Là aussi, il y a perte sur les deux tableaux »
.

Le graphique et les citations de ce billet sont extraites d’un article de l’excellent Romaric Godin, publié par Mediapart , et ici en format PDF.

Avanti !

Guy

PS et bonus: La bulle de Jozef Schovanec, 28 octobre, 4 minutes.
Attention au confinement…!         MP3

Ce contenu a été publié dans Covid-19, Démocratie représentative, Economie/Finance, Extrême-centre, Santé/Médecine, Triomphes du capitalisme, Union Européenne, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à CoronaViral, 30 – La Bourse ou la vie ?

  1. Chantal Dejardin dit :

    Merci Guy.
    J’écoutais ce bon Jozef ce matin, devant ma tasse de café et je me suis régalée de ces mots. Oui, je me revendiquerai volontiers autiste, retranchée, isolée et au plein coeur de ce monde. Se mettre à côté de ce contexte pour être au plus proche des grandes choses.

    Une phrase de Walt Whitman m’accompagne depuis 3 ans : « Je n’ai rien à voir avec ce système. Pas même assez pour m’y opposer. »
    Nous sommes « condamnés » à faire du beau dans la joie désespérée d’être les témoins un hagards de ce système fini et qui refuse obstinément sa propre mort. C’est affligeant.

    La résistance peut se vivre de mille façons. Je creuse donc mon sillon de lutte comme je peux. Humblement, fermement, fidèlement.

    Je vous salue bien bas.
    Chantal

    • G L dit :

      Merci Chantal, vous me faites penser à cette phrase de Georges Brassens disant qu’il voulait si peu avoir à affaire à la maréchaussée, que même il traversait la rue dans les clous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.