Les voeux de Mediapart pour 2017, avec Assa Traoré


Bonjour!

Nous lisons sur Mediapart:

La République nous appartient, sans distinction d’origine, d’apparence et de croyance. Chaque année depuis 2010, Mediapart demande donc à un-e citoyen-ne de remplacer et de précéder le président en place dans l’exercice des vœux présidentiels.

Cette année, c’est Assa Traoré, éducatrice spécialisée en prévention, âgée de 31 ans, qui nous offre ses vœux de fraternité. Elle succède dans cet exercice citoyen et mediapartien à Stéphane Hessel (vœux de résistance pour 2011), Moncef Marzouki (vœux d’espoir pour 2012), Édouard Martin (vœux de lutte pour 2013), Ariane Mnouchkine (vœux d’épopée pour 2014), François Morel (vœux de courage pour 2015) et Océanerosemarie (vœux de paix pour 2016).

L’article est en accès libre sur la page https://www.mediapart.fr/journal/france/311216/les-voeux-de-fraternite-d-assa-traore.

Ce contenu a été publié dans Démocratie, Démocratie représentative, Droits de l'homme, Les joies de la vie, Racisme, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les voeux de Mediapart pour 2017, avec Assa Traoré

  1. Pierre dit :

    Bonsoir Guy,

    Une belle année pour vous tout d’abord!

    Je me souviens il y a quelques années, quand le tgv Bruxelles-Paris a ralenti avant d’entrer à Paris Nord; en pleine banlieue justement. Il faisait gris pourtant c’était au printemps; je me souviens avoir pensé que psychologiquement je me suis demandé comment on pouvait vivre dans un lieu pareil.

    Elle est jeune, sans doute intelligente et sensible, belle, elle s’en sortira.
    Je veux dire, la souffrance peut être une chance, c’est la base même du concept de résilience.
    Si vous ne savez rien, êtes sans culture aucune, la liberté se résume à des choses dérisoires.

    Jamais on n’aurait du créer ces ghettos pour pauvres que sont les banlieues. Ici on retrouve ce mélange de classe et de race, dans un espace clos où le plus petit incident finit en drame et où la vie semble ailleurs sans doute, pour les autres. Personne ne voudrait vivre là.

    Pour votre information, allez voir les commentaires de la vidéo sur You tube ; vous verrez qu’on est loin du compte, très loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *