Bananes de la Guadeloupe et de la Martinique. Le chlordécone déconne, pour au moins 500 ans

Bonjour!

Voyez cette vidéo de six minutes du journal Le Monde.

C’est un désastre ordinaire de notre civilisation, laquelle a commencé sa fin, n’en doutez pas, moi je n’en doute pas une seconde. Le cocktail agissant ici est banalissime: pouvoir de l’argent, pouvoir des riches, cécité complice et complaisante des élites politiques, irresponsabilité à tous les étages, mépris de l’avenir.

Les auteurs de la vidéo nous disent que le désastre a devant lui « au moins un demi-millénaire« . C’est la vengeance des temps longs.
Partout elle monte.

Guy

*

Crédits et remerciements: JdG

Ce contenu a été publié dans Démocratie représentative, Economie/Finance, Environnement/climat, Les joies de la vie, Triomphes du capitalisme, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Bananes de la Guadeloupe et de la Martinique. Le chlordécone déconne, pour au moins 500 ans

  1. JdG dit :

    Il y a une dimension importante qui mérite d’être soulignée: la population victime n’a pas grande valeur aux yeux des autorités censées la représenter et la protéger. Imaginons que cela se soit produit en Île de France, les réactions auraient été très différentes… Aurait-on mis autant de temps à réagir si la population parisienne avait été touchée, etc, etc?
    Les dérogations accordées pour écouler les stocks évoquent le retard pour chauffer le sang dans l’affaire du sang contaminé. Même genre de processus à l’oeuvre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *