Mathilde Larrère à propos des gilets jaunes

https://www.arretsurimages.net/chroniques/arrets-sur-histoire

 

Bonjour!

 

Spécialisée dans l’étude des mouvements sociaux (plus précisément les révolutions françaises du XIXe siècle), maîtresse de conférence à l’université, Mathilde Larrère est l’historien(ne) la plus intéressante que je connaisse dans les médias. Elle tient une chronique dans arretsurimages.net où elle intervient régulièrement.

La voici interviewée par Le Mondehttps://www.lemonde.fr/societe/article/2018/12/05/les-problematiques-portees-par-les-gilets-jaunes-sont-le-propre-des-revoltes-depuis-le-moyen-age_5392990_3224.html?xtmc=larrere&xtcr=1 .  (Aussi en PDF.)

Il est drôle qu’une des choses qu’elle dit dans l’entretien décode le titre que le journal a choisi pour l’entretien: rapporter le mouvement des gilets jaunes à quelque chose d’archaïque.

Une caractéristique importante des gilets jaunes est celle-ci:

Cette situation est d’autant plus explosive qu’elle est portée par une frange de la population qui travaille. On le voit dans les comptes rendus de procès des « gilets jaunes », les manifestants sont des personnes insérées socialement et professionnellement. Les travaux sur les foules insurrectionnelles à travers l’histoire mettent en lumière ce même profil.

Un point inédit dans ce mouvement selon Mathilde Larrère: ils ne s’en prennent pas aux « territoires classiques de l’émeute »:

Dans le cas de la mobilisation du 1er décembre, les « gilets jaunes » n’ont pas investi les territoires classiques de l’émeute, mais des lieux de manifestation solennels, comme l’Arc de triomphe. Les « gilets jaunes » choisissent un espace relativement vierge de toute mémoire insurrectionnelle. Cela interpelle. Alors que la statue de la [place de la] République, elle, est maintes fois taguée, et les gens sont habitués.

 

PS: Voici le lien, inséré aujourd’hui dans l’article du Monde, vers l’intervention publique d’Emmanuel Macron, se trouvant alors en Argentine, au début du mouvement: https://www.youtube.com/watch?v=ttK28hhDg1w.
La violence, à laquelle le président réduit son propos, est un autre débat somptueusement faussé.
Les forces de l’ordre y ont porté une invraisemblable contribution.
Sans oublier les violences symboliques et sociales qui flambent, et causent ce mouvement.

Ce contenu a été publié dans Démocratie représentative, Salariat, Travailler, cui bono?, Triomphes du capitalisme, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mathilde Larrère à propos des gilets jaunes

  1. Pierre dit :

    Bonsoir Guy,

    Beaucoup de gens n’écoutent plus Macron ici je pense.
    Et ces mêmes gens ne sont plus trop intéressés par la communication gouvernementale (celle-la même qui dit que pour faire face aux taxes des aides seront accordées – lu quelque part dans les commentaires, souvent très réac, des lecteurs du Monde.fr – kafkaïen disait le commentateur).

    Revenant de la frontière où j’allais chercher mes cigarettes, nous sommes passés par la gare de Monaco ; je disais à mon ami: Ici au-dessus de nos têtes (la gare est dans un tunnel), ce ne sont que des trafics. J’étais surpris aussi par la stature des employés dans le train ; visages bien nourris, pas de signes de pauvreté apparents.

    Mis à part ces commentaires, l’article que vous citez m’est bien apparu dans le Monde.fr mais je ne l’ai pas lu (peut-être était-il en article réservé aux abonnés). J’en ai lu beaucoup à ce sujet (GJ) néanmoins.

    Ah oui, je viens de me censurer quant à une intervention à propos de votre article sur la Belgique et le pacte de l’ONU. En fait je citais Emmanuel Todd mais je me suis dit que je n’avais pas sa carrure et j’ai tout effacé. C’est quelqu’un dont j’ai visionné pas mal d’interventions (Youtube) ces derniers jours, brillant le mec et drôle en plus (sa mère était anglaise et il a lui-même étudié en GB). Rafraîchissant son discours comme m’avait dit un jour à propos du mien une fille de Los Angeles en séjour illégal à Bruxelles. Mais c’était il y a très longtemps.

    A Nice il fait bon dans le soleil et aujourd’hui là-en haut c’est Saint Nicolas. Saint Nicolas oblige je vous laisse la vidéo la plus marrante à propos de samedi dernier, en russe ce qui donne un côté surréaliste, avec une journaliste portant sur la tête un casque de guerre, rien de moins. C’était un beau bordel apparemment!

    https://www.youtube.com/watch?v=D5l-ZlbqyRo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *