Batibouw, salon du bâtiment à Bruxelles : Irresponsabilité à tous les étages

Bonjour!

La pandémie du coronavirus COVID-19 est là, pas encore partout en Europe, pas encore en Belgique, mais elle arrive inéluctablement. Tenter d’étaler ses effets est essentiel pour permettre aux services de santé de disposer de quelque délai pour traiter les personnes qui seront gravement atteintes, et pour autant que possible éviter une congestion des hôpitaux et une panique des populations.

L’explosion de l’épidémie en Italie a été remarquable et remarquée. Une étude londonienne estime à un tiers du nombre de personnes contaminées sorties de Chine, celles qui ont échappé aux radars de l’identification.
Partout des négligences ou des dysfonctionnements ordinaires et trop humains (sans doute pour une part toujours inévitables) ont promu des foyers de contagion, quand ce ne sont pas les raisons d’Etat qui ont retardé des mesures optimales ou simplement adaptées: Chine, Iran, Japon.
Et attendons l’administration Trump, qui vient de promouvoir à la direction de la gestion US de la crise, encore à peine annoncée là-bas, un type qui croit plus en la bible qu’en la clinique, à la révélation qu’à l’observation, le vice-président Mike Pence.

S’agissant de la Belgique, aujourd’hui commence le salon annuel du bâtiment, « Batibouw » , qui dure neuf jours dont deux samedis et deux dimanches, pour lequel on attend 250.000 visiteurs à Bruxelles. Imaginez le nombre de gens qu’UNE seule personne contagieuse présente là-bas peut contaminer, juste en criant un peu fort (postillons), en toussant, en éternuant, en donnant un dépliant à un inconnu: le mode de contagion est celui de la grippe, et le COVID-19, dont la mortalité semble faible, a pour sujet de difficulté pour la santé publique qu’il est TRÈS contagieux – et qu’aucun vaccin n’existe pour le moment.

Les organisateurs de Batibouw, nous a annoncé la radio belge de service public hier soir, ont décidé de maintenir l’événement, en précisant que seront prises ces mesures supposées à la hauteur des risques :
– nettoyer les poignées de porte 5 fois par jour
– équiper les toilettes de savons antiseptiques
– engager 4 secouristes
– suivre en continu le site gouvernemental belge de l’épidémie.

Condroz belge ne fera pas à ses lectrices (il y a même des lecteurs), l’offense de détailler l’inanité de ces prétendues précautions.

Mais nous ne pouvons éviter de relever différents niveaux de criante irresponsabilité:
1. des organisateurs du salon du bâtiment d’abord, qui sont dans leur logique d’affairisme et de la priorité donnée à la satisfaction des actionnaires;
2. du pouvoir politique, incapable d’imposer, voire de simplement la penser, une ligne de défense de l’intérêt public face à des acteurs privés dont les buts sont lucratifs;
3. de la gent journalistique dans son ensemble, qui a ici de quoi hurler mais ne hurle pas – ce qui n’est pas une surprise, cette corporation ayant de longue date gobé toutes les couleuvres du TINA thatchérien, There is no alternative, de l’aveuglement néo-libéral, corporation qui adopte entre mille l’expression patronale « déficit salarial » pour « meilleur salaire » . Certes il y a des dissidents dans les métiers de la presse, et c’est eux qu’il faut lire. Comme partout ailleurs, lisez les dissidents, les dissidents, les dissidents;
4. …au point que les seuls vrais responsables dans cette affaire seront celles et ceux qui s’abstiendront de se rendre, dans les jours qui viennent, à Batibouw !


Utilisateurs

Ce contenu a été publié dans Covid-19, Démocratie représentative, Economie/Finance, Les joies de la vie, Santé/Médecine, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Batibouw, salon du bâtiment à Bruxelles : Irresponsabilité à tous les étages

  1. MF dit :

    Face à l’épidémie de coronavirus, Mgr Olivier de Germay, évêque d’Ajaccio pour la Corse, nous invite à suivre l’exemple des anciens qui lors de la peste en 1656 ont demandé l’intercession de la Vierge Marie. Il a publié un modèle de prière : « Notre-Dame de la Miséricorde, toi qui as préservé la ville d’Ajaccio de la peste en 1656, et dont l’intercession est puissante, nous nous tournons vers toi avec confiance. Nous savons que tu veilles d’une manière particulière sur la Corse qui est consacrée à ton Cœur Immaculé. Fais que cesse la pandémie du Coronavirus…  »

    À genoux, les Corses!

  2. HELLIN dit :

    J’oubliais: la Foire du livre, qui n’a jamais que trop bien porté son nom, pareil, résolument détestable.
    Moi ce que j’aime bien, c’est Condroz Belge -))

  3. HELLIN dit :

    Faut lire « Le Journal de la peste » (celle qui a ravagé Londres en 1665 / 1666 si ma mémoire est bonne) de J. Swift… Ça commence l’année précédente, quelques cas, par ci, par là, surtout en campagne, puis le printemps et l’été passent, puis, à l’entrée de l’automne, quelques cas à Whitechapel (là où a sévi plus tard Jack)…Puis une traînée de poudre, une multiplication délirante dans tout Londres…Bon c’est pas le même truc, juste que cette pandémie en germe m’y a fait penser.

    Je déteste Batibouw, je déteste l’agglutinement et les vacances en avion.

  4. MF dit :

    J’ai entendu dire qu’une publicité belge annonçait : « Deux Corona achetées, une Mort Subite offerte »….. Le magasin a dû retirer sa pub!
    Mais moi, ça m’a fait rire! C’est grave Docteur?

    • G L dit :

      Oui, ça a fait beaucoup rire en Belgique et ailleurs. C’est l’enseigne qui a fait retirer la pub au gérant franchisé, qui a bien mérité son quart d’heure de gloire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.