« N’achète pas le journal, tu ramènerais un patron à la maison »

 

me_dias-qui_posse_de_quoi-acrimed_v_1

Jérémie Fabre et Marie Beyer, Acrimed-Le Monde diplomatique (Cliquer pour voir l’image en grand écran)

 

Bonjour!

Mon titre est un proverbe ouvrier français du début du XXème siècle.
Aujourd’hui plus que jamais, la presse et les médias en France appartiennent à des milliardaires.
Si on attend l’infographie équivalente pour les pays voisins, on en n’attend rien de bon.

Vous pouvez cliquer sur l’image et l’obtenir en haute définition. Elle a été produite par Acrimed.org, « Observatoire des médias – Action, Critique, Médias » en collaboration avec le mensuel Le Monde diplomatique, et je l’ai trouvée sur le site de combat écologique Reporterre.net, trois médias de salubrité publique indispensables à la santé mentale des temps présents.

Ce contenu a été publié dans Démocratie représentative, Economie/Finance, Premiers de classe, Triomphes du capitalisme, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à « N’achète pas le journal, tu ramènerais un patron à la maison »

  1. Pierre dit :

    Mais que voulez vous que je fasse d’un patron à la maison!?
    J’ai sale caractère.
    Un patron ça bouffe pas n’importe quoi.
    C’est velléitaire, capricieux.
    Il me regarderait de haut et j’aime pas ça.
    En plus ça vit dans des apparts de 200 m².
    Non cher patron reste chez toi avec TON journal, j’ai assez eu d’ennuis comme ça dans ma vie.
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *