« On ne peut pas faire confiance à Uber », ni aux GAFAM de toutes tailles

 

Bonjour!

Je présente ici un article du New York Times qui a beau dater du 7 décembre 2014, il n’en présente pas moins une plongée dans les pratiques des entreprises numériques tout à fait actuelle et très intéressante par sa redoutable factualité.
L’original en anglais sera utile aux praticiens de la langue de Shakespeare et aux curieux qui veulent en consulter les liens, et une traduction française par Deepl.com se trouve ici.   Les auteurs s’appellent Zeynep Tufekci et Brayden King.

Voici quelques extraits en guise de résumé.

menace apparente d’un vice-président senior d’Uber de dépenser « un million de dollars » pour examiner la vie privée des journalistes qui ont écrit des articles critiques sur Uber

Uber venait de dire à tous ses utilisateurs que s’ils avaient une liaison, il le savait. Des trajets vers le Planning Familial ? Des trajets réguliers vers un hôpital pour cancéreux ? Des entretiens dans une entreprise concurrente ? Uber est aussi au courant.

Facebook suivra votre localisation (sauf si vous la désactivez), aspirera les données que d’autres personnes fournissent à votre sujet et même les contacts du carnet d’adresses de votre téléphone (si vous le synchronisez avec votre compte) – des dispositions importantes que beaucoup des 1,35 milliard d’utilisateurs de Facebook ne remarquent peut-être même pas lorsqu’ils cliquent sur « accepter ».

Le détaillant Target, par exemple, a commencé à envoyer des coupons pour des articles de puériculture à des clientes qui, selon les données de vente, étaient susceptibles d’être enceintes.

le simple fait de connaître les goûts d’un utilisateur de Facebook suffisait à prédire des attributs tels que le sexe, la race, l’orientation sexuelle, le parti politique, la consommation éventuelle de drogues et les traits de personnalité – même si l’utilisateur n’avait partagé aucune de ces informations.

Ce qui est rare, ce n’est pas le type d’analyse qu’Uber peut faire avec des données sensibles, mais le fait qu’elle ait été divulguée publiquement. En raison de la réaction des utilisateurs, les entreprises s’orientent vers le secret

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.