Odessa l’insoumise, ville de légende

Odessa, mars 2022. L’opéra d’ Odessa est barricadé en attendant l’assaut.

 

Photos Laurence Geai / Myop pour M, Le magazine du Monde

 

Bonjour!

Je vous propose un long et intéressant article paru dans Le Monde (PDF joint): Odessa, histoire d’un mythe,  par Emmanuel Grynszpan. L’article est daté du 15 avril, mais toutes les photos, pour la plupart manquantes dans le PDF, sont soigneusement légendées « mars 2022 ».
Une chose que j’y découvre est qu’à Odessa, des juifs ont accédé à des postes de responsabilité civile dès le XVIIIe siècle. Ils n’ont donc pas dû comme presque partout ailleurs en Europe, limiter leur goût pour l’étude à la Torah, …avant de passer à la science.

Je ne sais pas d’où je tiens depuis très longtemps cette ville pour un mythe du cosmopolitisme, où les enfants dans la rue parlent quatre ou cinq langues, ainsi qu’à Alexandrie avant les épurations récentes. Je me dis que peut-être seules des villes africaines se singularisent de la sorte aujourd’hui. Lire la suite

Entre Fleury-Mérogis et Marche-en-Famenne, la vie brisée de Rabah Meniker

Bruxelles, Belgique le 12/11/2021. Rabah Meniker est de retour à Bruxelles depuis qu’il a été innocenté. Pour des raisons de confidentialité, Mr Meniker ne souhaite pas être reconnaissable sur la photo. D’après la photo de JOHANNA DE TESSIERES/ COLLECTIF HUMA POUR « LE MONDE ».

 

Bonjour,

 

J’ai hésité entre plusieurs titres:
Incompétences systémiques de la justice en démocratie libérale,
Le jour où la police vous a pris pour une logisticienne, un logisticien, **
Comment la justice est égale pour tous,
Ce qui vous attend en cas d’erreur judiciaire,
Certains paient cher les fantasmes de l’antiterrorisme,
Quel est le point commun entre Fleury-Mérogis, Vendin-le-Vieil et Marche-en-Famenne? …

La réponse à cette dernière question s’énonce « La vie brisée de Rabah Meniker » , et le mot « fantasme » est emprunté à un de ses avocats, …preuve judiciaire faite aujourd’hui. Lire la suite

Covid-19 : Marius Gilbert par Chronique de la nouvelle normalité, soir 620

Fléau d’armes, photo de Tim Avatar Bartel – Wikipedia FR

 

Bonjour !

 

Philippe Malarme tient une rubrique quotidienne depuis le premier jour de la pandémie covid-19, re-baptisée par ses soins Le Fléau. Cette chronique, qui ne manque pas d’humour à ses heures, est un pamphlet prenant pour point de vue central et quasi exclusif, les diverses atteintes aux libertés et aux règles constitutionnelles, susceptibles de mener à l’instauration d’une Nouvelle normalité, titre de ce work in progress, comme on dit en français au théâtre. Certains de ses billets peuvent paraître excessifs et unilatéraux, c’est la loi du genre. Mais on voit à d’autres l’expression d’un homme de raison. Ainsi au jour 620, soit le 22 novembre 2021, il assiste à une conférence de Marius Gilbert, qu’il résume en ces mots (mise en forme et soulignements de CB) :

 

Au soir 620 de l’année du Fléau, votre chroniqueur suit une conférence de Marius Gilbert, vice-recteur à l’Université libre de Bruxelles, ex-membre des experts qui conseillent le comité de salut public et auteur de l’essai Juste un passage au JT dont la Chronique a dit tant de bien au jour 552.

Bien qu’engoncé dans des fonctions académiques qui brident sa parole, l’homme ne mâche pas ses mots.

Lire la suite

« A ceux qui refusent le vaccin, réalisez-vous que mon opération contre le cancer est une question de vie ou de mort ? »

Photo vrt.be

 

Bonjour!

Question.
Voici une lettre de Chris Van den Abeele, journaliste à la VRT (radio-télévision flamande de service public) :

 

Cher lecteur,

J’ai un cancer. Le cancer de la prostate. On me l’a diagnostiqué il y a trois semaines. Cela peut arriver, surtout à un homme qui a déjà (ou seulement) 57 ans. J’essaie de vivre avec. Certains jours, je m’en sors mieux que d’autres. C’est comme ça, c’est la vie.

Après divers examens, un « plan de traitement » a été établi. La prostate et les ganglions lymphatiques environnants doivent être retirés. 

Je m’estime heureux de vivre en Belgique et non en Inde ou en Amérique. Nos soins de santé sont de classe mondiale et les coûts des soins ne provoqueront pas ma faillite. Le gouvernement a donné beaucoup d’argent pour ma santé et je lui en suis extrêmement reconnaissant.

Concernant les médecins qui me traitent, je n’ai que des expériences extrêmement positives avec eux.

L’opération est urgente, c’est comme ça que ça se passe pour les maladies mortelles.

Aujourd’hui, on m’a annoncé que l’opération pourrait avoir lieu en janvier au plus tôt. Lire la suite