Noël des tricheurs: la déchéance de nationalité, par Hollande, Valls et compagnie

 

Bonjour!

C’est une des nouvelles qui plombent cette fin d’année.

Les deux premiers personnages publics du PS français, dont je ne veux pas citer les noms, de ce PS dont je n’ose écrire toutes les lettres, ces deux types donc, et leurs smalas évidemment, qu’on appelle cabinets, comme aux chiottes, ces deux types, quoi?

Eh bien, …ils proposent une mesure d’extrême-droite!
Une mesure contre laquelle ils n’avaient pas de mots assez durs quand, alors qu’ils étaient dans l’opposition et à la chasse aux places, c’était le président en exercice Nicolas Sarkozy qui la recommandait, dans son discours de Grenoble en 2010.

Bon.
Aujourd’hui ils décident quoi ces décideurs?
Ils décident une déchéance.
Wo! Aw! Woaw!
Ça en jet-te!
Quel mot beau et fort, que ce ‘déchéance’. Comme il remplit la bouche!
Sérieusement, hélas, le terme ne pousse rien vers le haut, et tout vers le bas.

(Une déchéance de qwa de qi?  Je voudrais ne plus konnaître le franc-c’est, et parler une langue mord-te deux-puits dix milans.
Soupir.  Allons, courage, assumons les hasards et le mystère de la naissance.
Je reviens à moi et à vous, quoi que cela puisse vouloir dire.)

Comme retournement de veste, François, Manuel et la bande, bravo les gars et la fille! C’est donc ça, la politique. « Ce n’est pas moi qui tourne, c’est le vent! » C’est donc ça, le sens des responsabilités. Et quelle merveilleuse conscience: si tu as le micro, tu es en charge de faire monter le niveau général. Elle a bien de la chance, la jeunesse, avec des exemples pareils.
Le Huffington Post a réalisé une vidéo qui les montre ces lascars, quand ils ne travaillent pas à la rentabilité des entreprises et du complexe militaro-industri-fiel et donc au dynamitage du code du travail, elle les montre en deux temps, d’abord en 2010, puis aujourd’hui. La vidéo (2 minutes) est citée par Le Monde, et par Condrozbelge si vous cliquez sur l’image ci-dessous :

Déchéance de nationalité

(Silence.)

Tout ça est très mâle, vous ne trouvez pas?

Les mecs, qui en remettent. Comme on vomit.
Les hommes, qui fanfarhomment. Comme à la guerre.
Une femme de temps en temps, au diapason. Elle alliote-marie, elle oncle-lynxe, elle merkelise.
Mais ils et elles auront beau faire, nous ne sommes pas abusés!
Ça reste une affaire de miches! Je cite Georges Brassens et Pierre Perret.
Ça reste une affaire de couillons! Je cite Marcel Pagnol.
Et j’évite provisoirement de citer Jean Genet.

Aussi un mystérieux groupe d’action français, action français sans E, pardi, a-t-il ouvert une campagne d’affiches (il y en a douze), et on peut cliquer sur l’image, on peut télécharger les grands formats pour imprimer et mettre à sa fenêtre ou à la leur:

Non-A-la-Guerre-du-Mâle

Campagne « Non à la guerre du mâle » (12 affiches différentes)

 

…C’est tout pour cette fois, et ça suffit bien, nom de Dieu. Çuilà, si créateur il avait créé le socialisme de gouvernement, on lui mettrait la tête entre les deux oreilles!

 

Guy

PS: réactions diverses
« On n’exporte pas un terroriste », estime l’ancien juge antiterroriste Marc Trévidic à propos de la déchéance de nationalité
Daniel Schneidermann
Hollande tenté par un référendum : la fuite en avant (Rue89)
Conte de Noël : la Déclaration universelle des droits de l’homme  (Pierrick Tillet / Le Yeti)
Déchéance de nationalité: le pouvoir valide les thèses de l’extrême droite et Christiane Taubira, le naufrage politique (sur Mediapart, 1 et 2)
La presse internationale critique l’extension de la déchéance de nationalité  (Le Monde et ici.) Il Manifesto a titré en une: « François Le Pen »

———————-

Crédit bibliographique: Jacques du Guerny

Ce contenu a été publié dans Démocratie, Démocratie représentative, Droits de l'homme, Effondrement, Les joies de la vie, Triomphes du capitalisme, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Noël des tricheurs: la déchéance de nationalité, par Hollande, Valls et compagnie

  1. X dit :

    Comment ça, vous ne voulez plus connaître le français? Mais la langue que je parle, c’est ma seule nation, ma seule identité, je n’ai rien d’autre pour penser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *