Fleurs vénéneuses et camélias, de saison

valls-taubira111
D’après une photo du JDD

Bonjour !

Les fleurs vénéneuses du socialisme de gouvernement à la française …continuent d’embaumer, et d’animer les amateurs de parfums plus délicats.

1.
Pour le philosophe italien Giorgio Agamben, l’état d’urgence n’est pas une protection de la démocratie, mais au contraire accompagne en général les dictatures.
Il a longuement étudié le nazisme et le fascisme italien, et vient de consacrer un livre à la Stasi, la police politique de l’Allemagne de l’Est.
Son article « De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité », dans Le Monde, a fait du bruit, et je le joins en PDF.
Agamben dit que le peuple, prétendument seule source de légitimité jusqu’à présent, devient, dans la logique de ce qu’il faut reconnaître comme une progression vers l’État de sécurité, un sujet dépolitisé qui n’existe plus que dans les sondages et dans les rares consultations électorales. Au bout de ce chemin, le peuple ne peut plus être politique que dans une revendication identitaire du « nous » opposé à l’étranger et à l’ennemi.
Agamben ajoute que la mise entre parenthèses du pouvoir judiciaire tend à abandonner les voies de vérité et de preuve ordinaires au profit d’une incertitude du soupçon, qui pèse autant sur les citoyens (Qui est coupable et de quoi ?) que sur la menace elle-même, laquelle devient une source invérifiable du pouvoir des exécutifs.
Car dans cette configuration comme dans toute autre, les pouvoirs ont intérêt à cultiver le montage qui leur assure une place. Et ils ne s’en privent pas!
Vous aurez remarqué comme moi que François Hollande, discrédité par son absence totale d’alternance et allant à la bérézina et à la ‘pasokisation’ de son parti, se refaisait précocement une santé sondagière par des postures militaristes à l’étranger, qui lui vont comme un gant de crin à un pingouin. Aujourd’hui, il poursuit dans cette ligne en surfant sur la vague terroriste. C’est la seule possibilité de survivre politiquement que se sont trouvée les élites de ce parti.
L’avenir est radieux.
Bientôt, nous éviterons les voyages en France comme nous les avons évités en Espagne du temps de Franco. Certains de mes amis évitent déjà la Provence.

2.
Ces fleurs vénéneuses, le maire d’extrême-droite de Béziers, Robert Ménard, champion de l’enfumage et des faux semblants, est ravi de les respirer.
Voici ce qu’il a « tweeté » le 23 décembre:

RobertMénard_BatailleDesIdées
https://twitter.com/RobertMenardFR/status/679642701122416640

3.
Manuel Valls déclare au JDD : « Une partie de la gauche s’égare au nom de grandes valeurs » .
Mais où va-t-il chercher ses certitudes? C’est hallucinant.
Hallucinant en première réaction, car éthiquement incompréhensible pour les naïfs et les braves gens, le Manuel de Matignon est, au vrai, conceptuellement très simple et simplet. C’est la logique des « pompeux cornichons » qui veulent le pouvoir. Lisez donc, si vous l’avez zappé, Agamben au point 1. Pour la cornichonnerie pompeuse, qui est un label belge offert à la terre entière, voyez votre moteur de recherches.

Bref, La Parisienne libérée chante « Enfin débarrassés du socialisme » .  (Voir point 5.)

4.
Le Français Mourad Benchellali est décrit par la journaliste comme « militant anti-radicalisation ».
Cet ancien combattant en Afghanistan, ex-détenu à Guantanamo, vit aujourd’hui, pacifié et engagé, dans son quartier d’origine près de Lyon, Les Minguettes à Venissieux.
Il a été l’invité d’Alexandra Bensaid sur France-Inter, pour aborder la question de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et la déchéance de la nationalité.

Etat d’urgence, radicalisation des jeunes… par franceinter
6 minutes 58

…Il me semble que si la république française n’est pas capable d’entendre ce genre de voix-là, elle s’autodétruira, comme le susurre, encore elle, La Parisienne libérée. (Ci-dessous.)
Pour le moment, je suppose, et j’espère, que Benchellali trouve une manière ou l’autre de vivre sur un budget de la jeunesse, de la culture ou de l’éducation populaire, ce qui est ou serait très bien. À préserver!

5.
La Parisienne libérée et ses vidéos, c’est tout un monde décalé et percutant de « Rythm and News » et de chansons politiques, depuis quelques années déjà.
Son JT a été initié et se poursuit avec le soutien de Mediapart. Ici son édition spéciale, « Etat d’urgence »:

Entre autres perles: « Le terrorisme ne détruira pas la république, car c’est la république qui s’auto-détruira », et « L’homme providentiel assigné à présidence » .

Chaque mot compte, avec La Parisienne libérée. Elle me rappelle Woody Guthrie qui écrivait sur ses guitares: This Machine Kills Fascists (« Cette machine tue des fascistes »)
Une phrase violente, certes, mais en paroles et en musique ! On a vu pire, comme violence.

6.
Pierre Rosanvallon :

Est-ce une immigration mal maîtrisée qui a contribué à déstabiliser le fragile pacte républicain ?
En France, on continue à parler d’immigrés à propos de personnes qui sont intégrées depuis deux ou trois générations. On ne dirait pourtant jamais de Nicolas Sarkozy qu’il est immigré parce que son père est issu de la petite noblesse hongroise. Ni de Manuel Valls dont le père était un peintre catalan.
(…)
Car si l’Algérie n’est pas devenue française ce n’est pas simplement du fait de la révolte des Algériens, mais aussi parce que les autorités rêvaient et mentaient. Elles parlaient d’universalisme mais refusaient l’égalisation des niveaux de vie. Il y a donc eu une désoccidentalisation de ces populations à la mesure des déceptions et des échecs qui se sont répétés sur le terrain de l’intégration.

« Une communauté d’effroi ne doit pas conduire à l’illusion de l’unité » Paru dans Le Monde** du 11 février 2015, et republié actuellement.

7.
** Mon observation se confirme, que le journal Le Monde, qui s’est notablement droitisé en matières économique et sociale ces dernières années, est monté au créneau d’une certaine veille démocrate dans notre affaire.
J’ai vu, en revanche, un titre de presse selon lequel Valls et Hollande feraient un malheur parmi les lecteurs du Figaro. Quelqu’un a-t-il des observations?

8.
On arrive à la fin. Désolé (c’est pas vrai) pour la longueur !

…Et bonne journée !

Guy

9. Post-scriptum de saison, pour le repos de l’esprit

Camélia_bureau_WP_20151229_10_01_22_Pro
Mon camélia blanc, en fleurs depuis le 20 décembre – Jusqu’en 2013, c’était à partir des 5-10 janvier

J’aime les raisins glacés parce qu’ils n’ont pas de goût,
les hommes riches parce qu’ils n’ont pas de cœur
et les camélias parce qu’ils n’ont pas de parfum.

Marguerite Gautier, dans La Dame aux camélias, d’Alexandre Dumas fils

______________________________

Crédit bibliographique : Maxime alias Jean-Marie Lamy.

Le bel avenir promis à l’eurozone et à l’UE

schaueble-sapin-20150810
Comme le disait déjà La Boétie****, ils sont en réalité tout petits! – Wergosum, d’après une photo Reuters dans latribune.fr

Bonjour!

Romaric Godin nous a livré une fois de plus un excellent article sur le site latribune.fr, sous le titre « Grèce : y a-t-il un vrai désaccord entre Paris et Berlin ?  »

On se doute que la réponse est « non ». Romaric nous explique comment Merkel aurait lâché la bride à Schäuble pour faire peur au gouvernement Tsipras, tétanisé à l’idée de quitter la zone euro. Car si le « grexit » est de longue date la préférence du bundes-ministre des finances, les aléas de l’aventure font reculer les plus prudents, dont la chancelière.

Pour rappel, à partir du moment où Tsipras, abusé, a cru que l’eurozone était prête à l’exclure des bénéfices du fétiche monétaire unioniste, à partir de ce moment, il était cuit. Il a tout accepté pour rester dans l’euro, et Angela n’avait plus qu’à faire son business as usual, faire accepter au Bundesrat l’accord imposé à Tsipras.

La chancelière aurait joué Schäuble dans sa stratégie personnelle contre la Grèce. Romaric Godin montre qu’aussi acharnés soient certains gouvernements (Finlande, Slovaquie, pays baltes) sur la ligne Schäuble, c’est l’Allemagne qu’ils suivent et si Angela Merkel impose un aménagement, personne ne proteste parmi ces héros.

Cependant la France est sortie du bois tout à la fin, au moment de la défaite de Tsipras, tentant de faire valoir qu’elle aurait une position indépendante de Berlin, voire même conflictuelle, et que ce serait la France qui aurait empêché Schäuble et sa bande d’exclure la Grèce de l’euro – alors que c’est Angela qui a fait ça. La France de Hollande-BNP-Paribas n’a en réalité pas cessé de laisser les coudées franches à Deutschland GmbH*, dans la crise grecque, et depuis plus longtemps même, et en retour la chancelière laisse Hollande et son ministre des finances Sapin faire leur numéro devant les micros. Je vous renvoie à l’article pour les détails, très instructifs, et pour la vue d’ensemble, très convaincante.

*

La comédie en place permet à Hollande de prétendre « équilibrer » le rapport avec l’Allemagne, voire de s’y opposer. Lire la suite

Jacques Généreux: « Il faut violer les traités européens »

 (Émission Mediapart)
(Émission Mediapart)

http://www.dailymotion.com/video/x28h4z8_jacques-genereux-parti-de-gauche-il-faut-violer-les-traites-europeens_news&start=1345 (minute 22:30)

Bonjour,

Jacques Généreux (1) a prononcé cette phrase résolue en octobre 2014. Il n’a pas attendu le drame grec pour réfléchir.
C’est un plan crédible de réforme démocratique de l’Union européenne et de la zone euro, engoncées dans des traités irréformables et corsetées par une règle de l’unanimité. L’idée en est de créer une crise majeure, qui obligera à débattre des impasses de l’UE et de la BCE.
Jacques Généreux ne veut pas abattre l’Europe des institutions, il veut la réformer. Lire la suite

Frédéric Lordon après l’accord arraché à Tsipras: « Lexit ! »

( Photo Martin Leissl / Bloomberg )
( Photo Martin Leissl / Bloomberg )

Bonjour!

Frédéric Lordon vient de s’exprimer dans son blog, pour la première fois depuis l’accord arraché à Alexis Tsipras.

En préambule, une première lecture me paraît cependant parfaitement à propos et, même, indispensable.

Matt O’Brien, dans son blog hébergé par le Washington Post, nous dit, sous le titre « The euro is a disaster even for the countries that do everything right » , comment deux pays gouvernés par des intégristes de l’Euroland, la Finlande et les Pays-Bas, ont réussi à se retrouver en 2014 avec un PIB inférieur de 5,1 et 0,3% à celui de 2007, avant l’effondrement financier de 2008.
Sur la même période, l’Islande (dont j’ai déjà parlé ici), qui a connu une dépréciation monétaire allant jusqu’à 60 pour-cent, des mesures d’austérité draconiennes, doubles des néerlandaises et de douze fois celles de la Finlande, se retrouve avec un PIB supérieur de 1,14 point à 2007. La raison de ces différences? Appartenir ou pas à la zone euro. L’article est en anglais (merci de me signaler une traduction française), court et clair:
http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2015/07/17/the-euro-is-a-disaster-even-for-the-countries-that-do-everything-right/?tid=sm_tw

Venons-en maintenant à la prose annoncée: « La gauche et l’euro : liquider, reconstruire ».

Je fais un résumé par extraits qui me paraissent significatifs ou plaisants.

Les citations qui suivent sont dans l’ordre où elles apparaissent dans l’article. Si l’une ou l’autre fait problème pour le lecteur, ou l’intéresse particulièrement, il lui suffira d’aller au texte de Frédéric, où elle est déployée et mise en contexte. Idem pour la lectrice.

…Attachez-vous!

questionner le rapport de la société allemande à la chose monétaire n’est pas plus germanophobe que questionner le rapport de la société américaine aux armes à feu n’est américanophobe

 On reconnaît l’indigence d’une pensée à son incapacité à traiter aucun problème autrement que dans des coordonnées morales.

 formulations néo-éclairées d’une naïveté touchante : l’Allemagne est « le nouveau problème de l’Europe », écrit ainsi François Bonnet [Mediapart]. Le nouveau problème… C’est juste le problème constitutionnel de la monnaie unique, et il est consigné depuis 1991 dans le texte des traités.

 Tous les pays vivent avec les obsessions de leur roman national, c’est bien leur droit, en tout cas à court et même moyen terme il n’y a rien à y faire.   

 il faut redire que l’Allemagne dans cette affaire n’a jamais poursuivi de projet positif de domination, et que ses comportements n’ont jamais été gouvernés que par la peur panique de souffrir, dans le partage communautaire, l’altération de principes qui lui sont plus chers que tout Lire la suite

À chaud

DrapeauUE_sur-croix_gammée_@mixalisg80
Internet. Le genre d’images que suscite l’action des (ir)responsables de l’UE

Bonjour!

Wolfgang Schäuble a raté ses tentatives réitérées de pousser la Grèce à la sortie. C’est une victoire du mythe de l’euro dans l’opinion grecque. – Et aussi du recul devant un inconnu redoutable, malgré l’exemple trop peu diffusé de l’Islande.

Tout le reste est sinistre. Est-ce que la scène grecque va encore nous surprendre? Elle a fait des choses extraordinaires et totalement imprévues.

Eric Toussaint pense que le gouvernement Tsipras aurait dû menacer de suspendre le paiement de la dette unilatéralement. Mais il n’y avait pas de soldats pour cette campagne-là. D’accord avec lui qu’ « une restructuration conditionnée par des mesures néo-libérales est un mauvais accord. »

L’UE écoeure même les fonctionnaires européens, dit Le Monde.

Je pense comme d’autres que l’Union commence sa chute. Le roi est nu. L’Union Européenne n’est pas le culte de la paix. Sa désUnion a commencé, et la propagande de guerre de la Bild Zeitung et consorts ne la sauvera pas.

Par ailleurs, le monde, même stupéfait, ne s’arrête pas de tourner.

L’Espagne vote en novembre.

La bulle de la finance globalisée, de cinq fois le PIB mondial, ne peut qu’exploser prochainement. Dans les quatre ans, selon Gaël Giraud. De cela aussi, les intégristes du marché qui gouvernent l’UE ont peur. Ils ont craint que la Grèce ne soit le premier domino, et la peur a nourri leur haine de gens qui n’ont jamais prévu de s’entendre dire non.

Prosit !

Guy

Post scriptum
L’image ci-dessus est plus un symptôme qu’une vérité.
L’UE, soi-disant garante de la paix sur notre continent, nourrit ce genre de productions.
C’est la guerre par d’autres moyens, et c’est terrible.
En faire une opposition entre nations est une confusion et une arnaque. Il y a des « fascistes en col blanc », les économistes ultra-libéraux et leurs maîtres, dans tous les pays!
Une UE qui a la responsabilité de construire pour la paix, le prétend et s’en vante, ne devrait pas donner le flanc à ces critiques. Et encore moins sous cette forme-là. Sa faillite commence.

SCHÄUBLEXIT !!!

Post-scriptum:
Wolfgang Schäuble, né en 1942, serait à la place d’Angela Merkel (1954) s’il n’avait été compromis dans le scandale et les procès des financements illégaux de la CDU, dans les années 1990 sous le mandat du chancelier Kohl.
Il y eut, outre d’autres versements occultes, les commissions versées par un marchand d’armes, Karlheinz Schreiber: 1.000.000 de DM au trésorier de la CDU, pour le compte de Thyssen, et 100.000 DM à Schäuble.
Ce dernier a été condamné pour parjure devant la justice, et Schreiber lui a remboursé l’amende.
La CDU a dû renoncer à Wolfgang Schäuble comme successeur de Kohl à la présidence du parti, qui a été remise en 2000 à la jeune Angela Merkel, alors âgée de 46 ans.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_caisses_noires_de_la_CDU

latribune.fr , excellent sur la Grèce et les questions connexes

alexis-tsipras-par-Yannis_BEHRAKIS
latribune.fr, photo de Yannis BERHAKIS

Bonjour!

latribune.fr est une des meilleures sources d’information sur la Grèce et les questions connexes, oui, grâce à son journaliste Romaric Godin qui, en tant qu’ancien correspondant à Francfort, ne rate rien dans la presse de langue allemande.

La faillite de la banque autrichienne Hypo Alpe Adria avait déjà mis en péril tout le secteur hypothécaire allemand, qui pèse 400 milliards, pour une misérable participation de 2 ou 300 millions à son capital mettant en danger une petite banque hypothécaire de Düsseldorf au bilan d’une dizaine de milliards. La Bundesbank était intervenue massivement à toute vitesse, en recommandant « Circulez, il n’y a rien à voir », et la presse a bien fait le boulot ou plutôt le non-boulot. François Leclerc avait pu dire que « les banques européennes sont sous perfusion », un constat à ne pas oublier!
Les effets de cette faillite se poursuivent:
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/et-pendant-ce-temps-l-autriche-restructure-sa-dette-491019.html
http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150311trib06be01e69/l-autriche-menacee-du-defaut-d-un-de-ses-lander.html

Le tout dans une Autriche qui… Lire la suite

Quel optimisme après la victoire du « non » en Grèce ?

SolutionMoreGreekDebt
International Herald Tribune, avec l’autorisation de © Chappatte, www.globecartoon.com

Bonjour !

 

La Grèce n’est certainement pas sortie de graves difficultés.

Mais le résultat de ce référendum va contribuer à la montée de la contestation dans l’Union européenne, une perspective qui a très certainement fondé l’engagement pour le « oui » d’une série de personnalités européennes, lesquelles se révèlent avoir raté une grande occasion de se taire. Bravo!
La contestation est en marche, et elle paraît aussi inévitable que nécessaire.

Avec ça, une course de fait est engagée entre deux camps.
Il y a la contestation crispée sur les fondamentaux du conservatisme et les fausses évidences du bon sens, qui se prétend anti-système mais en cas de succès mènera inévitablement à un accord avec le grand capital, pour qui « à droite rien n’a jamais été trop à droite« , rappelle Frédéric Lordon. Le FN français en est un représentant éminent, qui se félicite de la victoire du « non » grec.
Et il y a une contestation à visée égalitariste, qui récuse l’inégalité et la domination de l’économie et de la finance, et une fois au pouvoir pourrait trouver légitime d’exproprier les « un pour-cent ». Ceux-ci le savent et tiennent fermement les rênes de leurs journaux! Lire la suite